Archives de Tag: défis littéraires

La plume au féminin – Récapitulatif

Il y a un peu plus d’un an, Opaline lançait le défi « La plume au féminin »: du 8 mars 2011 au 8 mars 2012, lire au moins 4 auteures. Je m’étais lancé comme défi de lire les livres suivants. Ai-je réussi ? (En rouge, la mise à jour).

  1. The Bell Jar de Sylvia Plath. J’ai aussi une biographie, Bitter Fame, et un des journaux intimes de Sylvia Plath. J’aimerais au moins lire le premier, mais les autres suivront peut-être. Toujours pas lu. Sylvia Plath est dans ma biblio depuis des années. Et une autre année a passé sans que j’ouvre ces pages. Cette année, peut-être ?
  2. Jane Eyre de Charlotte Brontë. J’ai aussi une biographie des soeurs Brontë qui traîne ici depuis 1993, La Vie passionnée des Brontë. Il est temps que je la lise. Succès! J’ai lu Jane Eyre et j’ai adoré. Tellement que j’ai aussi lu la biographie qui a suivi. Ce dernier livre était plutôt minable, à mon avis, mais il m’a juste donné envie d’en apprendre plus sur les Brontë.
  3. Le Temps des orages de Charlotte Link. En fait, c’est une trilogie que ma mère a laissée ici il y a longtemps. Ça aussi, faut que je m’y mette. Ici aussi, succès! J’ai lu la trilogie au complet! Le dernier livre a étiré la sauce un peu, mais ce fut une belle lecture.
  4. Le Vol du corbeau d’Ann-Marie MacDonald, une belle grosse brique pour finir le tout. J’avais bien aimé Un Parfum de cèdre, alors j’ai hâte de découvrir celui-ci. Pas lu. Mais ce n’est que partie remise. J’aime beaucoup Ann-Marie MacDonald, alors je sais que durant une panne de lecture, je pourrai prendre ce livre et m’en sortir.
Donc, je n’ai pas tout lu ce que j’avais l’intention de lire, mais au final, j’ai quand même lu 5 livres à partir de cette liste. Opaline a fait un superbe récapitulatif, si vous voulez des idées de lectures. De plus, elle repart le défi pour la prochaine année. Si vous êtes intéressés, allez vous inscrire sur son blogue. C’est ici. Quant à moi, je le suivrai de loin. J’ai déjà beaucoup de lectures de planifiées, alors j’essaie d’en ajouter le moins possible.
Récapitulatif d’Opaline
Opaline
1. Moisson de sang, Sharon Bolton
2. Là où la mer commence, Dominique Demers
4. La femme du bout du monde, Barbara Wood
5. Aurora, Kentucky, Carolyn D. Wall
6. La princesse maudite, Julie Kagawa
7. Les heures lointaines, Kate Morton
8. Crise, Kathy Reichs
9. La quête d’Alexandre, Hélène Brodeur
10. La cérémonie d’hiver, Élise Fontenaille
11. Le bonheur est assis sur un banc et il attend, Janik Tremblay
1. Impasse, Sylvie Gaydos
2. La nuit sur les ondes, Elizabeth Hay
3. Le sucre: une histoire douce-amère, Elizabeth Abbott
4. La solitude du docteur March, Geraldine Brooks
1. Impasse, Sylvie Gaydos
2. Revenir de loin, Marie Laberge
3. Un si joli visage, Lori Lansens
4. Parti tôt, pris mon chien, Kate Atkinson
5. La Patience des fantômes, Rachel Leclerc
Cathie
1. Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti
2. Aesculapius, Andrea H. Japp
3. Le sang du monde, Catherine Clément
4. L’empreinte de l’ange, Nancy Huston
5. Les lumières du Nord, Nora Roberts
6. Je te volerai ta mort, Karen Rose
7. Sépulcre, Kate Mosse
8. La tête en friche, Marie-Sabine Roger
9. Le goût des pépins de pomme, Katharina Hagena
10. L’extraordinaire histoire de Fatima Montsour, Joanne et Gerry Dryansky
11. La grand-mère de Jade, Frédérique Deghelt
12. Encore une danse, Katherine Pancol
1. Battement d’ailes, Milena Angus
2. La Vie Adulte, Virgine Mouzat
3. Metal Mélodie, Maryvonne Rippert
4. Rouge Rubis, Kerstin Gier
5. Rose, Sainte Nitouche, Mary Wesley
6. La souris bleue, Kate Atkinson
7. Digging to America, Ann Tyler
8. Cette main qui a pris la mienne, Maggie O’Farrell
9. Le Cheval Soleil, Steinunn Sigurdardottir
10. The little stranger (L’indésirable), Sarah Waters
11. Crépuscule irlandais, Edna O’Brien
12. Ma vie ne sait pas nager, Élaine Turgeon
13. À quand les bonnes nouvelles, Kate Atkinson
14. Le journal d’Aurélie Laflamme, tome 3, India Desjardins
15. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
16. Foxfire : confessions d’un gang de filles, Joyce Carol Oates
17. Trois couleurs,Claire Keegan
18. Les Penderwick, Jeanne Birdsall
19. Le bleu est une couleur chaude, Julie Maroh
20. Le treizième conte, Diane Setterfield
21. De l’eau pour les éléphants, Sara Gruen
22. Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir
23. La fille américaine, Monica Fagerholm
24. Le premier été, Anne Percin
25. Vermilion Gate, Aiping Mu
26. Des fourmis dans la bouche, Khadi Hane
27. Le goût des pépins de pomme, Katharina Hagena
28. Whisky et Paraboles, Roxanne Bouchard
29. Les femmes du braconnier, Claude Pujade-Renaud
30. Les oranges ne sont pas les seuls fruits, Jeanette Winterson
31. Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol
32. Ronde de nuit (Night Watch), Sarah Waters
33. Maisie Dobbs, Jacqueline Winspear
34. Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan
35. So much for that, Lionel Shriver
36. Un été sans les hommes, Siri Hustvedt
37. Des vies d’oiseaux, Véronique Ovaldé
38. Rose, Tatiana de Rosnay
39. Behind the scenes at the museum, Kate Atkinson
40. Sous la glace, Louise Penny
41. Loin de vous ce printemps, Mary Westmacott (alias A. Christie)
42. Sourires de loup, Zadie Smith
43. La mort n’est pas une fin, Agatha Christie
44. La fille de l’hiver, Eowyn Ivey
45. Le bout du monde est tout près, Maud Lethellieux
46. Sous les vents de Neptune, Fred Vargas
47. De pierre et de cendre, Linda Newbery
48. Purge, Sofi Oksanen
49. La joueuse de go, Shan Sa
50. Derniers adieux, Lisa Gardner
1. Impasse, Sylvie Gaydos
2. L’enfant sans visage, Ariane Gélinas
3.  Hanaken : La lignée du sabre, Geneviève Blouin (été 2011)
4. Les têtes rousses, Claude Lamarche (automne 2011)
Véronique Cazo (BD)
2. La libraire a aimé, Sophie Poirier
3. L’absence de l’ogre, Dominique Sylvain
5. Les petits, Frédérique Clémençon
6. Les déferlantes, Claudie Gallay
7. La concordance des temps, Evelyne de la Chenelière

8. L’album de Milo, Caroline Parkhurst
9. Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir
10. Les aventures d’une fille qui avait tout le temps faim, Aysseline

1. Jane Eyre, Charlotte Brontë
2. Trilogie « Le temps des orages », Charlotte Link

Julie

1. Sous la glace, Louise Penny

2. La petite et le vieux, Marie-Renée Lavoie
4. Hadassa, Myriam Beaudoin
1. L’enfance du soleil, Anne-Marie Desplat-Duc
2. Stravaganza, Mary Hoffman
t.1 : La Cité des masques
t.2 : La Cité des étoiles
t.3 La Cité des fleurs
3. Une maison de rêve, Madeleine Wickham,
alias Sophie Kinsella
4. Les malheurs de Millie Plume, Jacqueline Wilson
5. Le Diable vit à Notting Hill, Rachel Johnson
6. Apologie pour Clytemnestre, Simone Bertière
1. Rebecca, Daphné Du Maurier
2. Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom, Barbara Constantine
3. Petite soeur, mon amour, de Joyce Carol Oates

4. La maîtresse des épices, Chitra Banerjee Divakaruni

1. L’ombre dans l’eau, Inger Frimansson
2. Rose-Aimée, la belle qui porte malheur, Béatrice Bottet
3. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
4. L’insoumise, Jennifer Donnelly
 5. La rigole du diable, Sylvie Granotier
1. N’ayez pas peur nous sommes là, Janine Boissard
2. Pensées de Manon D. sur moi-même et sur quelques 
autres sujets, Sophie Dieuaide
3. L’élu de Milnor, tome 1, La fuite, Sophie Moulay
4. Les ailes d’Alexanne, tome 1, 4h44, Anne Robillard

5. Divergent, Veronica Roth

6. La peau des rêves, tome 1, Nuit tatouée, Charlotte Bousquet
7. Mortels petits mensonges, tome 2, Laura Faria Stolarz
8. Comment se débarrasser d’un vampire amoureux, Beth Fantaskey

9. Une robe couleur du temps, Bianca Turetsky
10. Je me souviens, Rebecca, Nathalie Somers

Charline

1. Dix petits nègres, Agatha Christie
2. Les Hauts de Hurle-Vent, Emilie Brontë
3. Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti
1. La fille qui voulait être Jane Austen, Polly Shulman
2. L’élégance du hérisson, Muriel Barbery
3. Une peine d’exception, Patricia Cornwell
Perrine

1. L’armée furieuse, Fred Vargas

3. Sous les vents de Neptune, Fred Vargas
4. Flush : une biographie, Virginia Woolf

5. Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol

6. La Princesse de Clèves, Madame de Lafayette
7. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee
8. Le sabotage amoureux, Amélie Nothomb
9. Le goût des pépins de pomme, Katherina Hagena
10. L’élégance du hérisson, Muriel Barbery
11. Mémoires d’une jeune fille rangée, Simone de Beauvoir
12. Paola, Vita Sackville-West
13. Northanger Abbey, Jane Austen
14. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
Gaëlle
1. L’élégance du hérisson, Muriel Barbery
2. Le labyrinthe, Kate Mosse
3. Le professeur de musique, Yaël Hassan
4. Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti
5. Vacances avec papa, Dora Heldt
6. Clues, Tome 1, Sur les traces du passé, Mara
7. Mine de rien, Patrice Wentworth
8. Clues tome 2, Dans l’ombre de l’ennemi, Mara
9. Lady Susan, Jane Austen

Malo
1. La couturière, Frances De Pontes Peebles
2. Samantha bonne à rien faire, Sophie Kinsella

Mia
1. À Mélie sans mélo, Barbara Constantine
2. Les petits secrets d’Emma, SophieKinsella
3. De l’eau pour les éléphants, Sara Gruen
4. Frisson, Maggie Stiefvater
5, 6, 7 et 8. La communauté du Sud, tomes 1, 2, 3 et 4
9. tome 5 et 10. tome 6 Charlaine Harris
11. Chasseuse de vampires, tome 1, Nalini Singh
12. Le livre perdu des sortilèges, Deborah Harkness
13. Allumer le chat, Barbara Constantine
14. No et moi, Delphine de Vigan
15. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee
16. Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates,
Mary A. Shaffer et Annie Barrows
17. Comment se débarasser d’un vampire amoureux, Beth Fantaskey
18. Les âmes vagabondes, Stephenie Meyer
19. Les vampires de Manhattan, Melissa De la Cruz
20. L’appel de la lune, Patricia Briggs
21. Les liens du sang, Patricia Briggs
22. Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol
23. Le cercle secret, tome 1, Lisa Jane Smith
24. Le cercle secret, tome 2, Lisa Jane Smith

25. Le cercle secret, tome 3, Lisa Jane Smith
26. Le journal de Stefan, tome 2, Lisa Jane Smith
27. Le journal de Stefan, tome 3, Lisa Jane Smith

28. Chez les anges, Marian Keyes

29. Vampire Academy, tome 1, Richelle Mead

30. Vampire Academy, tome 2, Richelle Mead
31. Soeurs de sang, Richelle Mead
32. Plaisirs coupables, Laurell K. Hamilton

33. Le cadavre rieur, Laurell K. Hamilton
34. La couleur du bonheur, Wei-Wei
35. Arlington Park, Rachel Cusk
36. Oh, boy!, Marie-Aude Murail

37. La communauté du Sud tome 7, Charlaine Harris
38. Tome 8 et 39. Tome 9
40. Les secrets d’une blogueuse amoureuse, Allison Van Diepen

Sharon
1. Un secret sans importance, Agnès Desarthe
2. Les ailes du courage, George Sand
3. Le cantique des innocents, Donna Leon
4. L’arme domestique, Nadine Gordimer
5. La princesse de Montpensier, Madame de Lafayette
6. Les chevaux fantômes et autres contes, Karen Blixen
7. La formule préférée du professeur, Yoko Ogawa
8. Oh, boy !, Marie-Aude Murail
9. Le pacte des vierges, Vanessa Schneider
10. Le cheval soleil, Steinunn Sigurdardottir
11. Jours sans faim, Delphine de Vigan
12. La ferme africaine, Karen Blixen
13. La fin n’est que le début, Katarina Mazetti
14. Entre le chaperon rouge et le loup, c’est fini, Katarina Mazetti
15. Petite soeur, mon amour, Joyce Carol Oates
16. Nina par hasard, Michèle Lesbre
17. Fièvre rouge, Karen Marie Moning

Astazie
1. Lili, Agnès Lacor et Gwen Le Gac
2. Une enfance africaine, Stefanie Zweig
3. Boomerang, Tatiana de Rosnay
4. De l’eau pour les éléphants, Sara Gruen

 Mimi
1. Les heures silencieuses,  Gaëlle Josse
2. En retard pour la guerre, Valérie Zenatti
3. L’ampleur du saccage, Kaoutar Harchi
4. Jeanne, Jacqueline de Romilly

5. Unité de vie, Fabienne Swiatly
6. La petite, Michèle Halberstadt
7. Vers la mer, Anne-Sophie Stefanini
8. Nestor rend les armes, Clara Dupont-Monod
9. À l’enfant que je n’aurai pas, Linda Lê
10. Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan
11. Cent ans, Herbjørg Wassmo
12. La voyeuse interdite, Nina Bouraoui
13. La ferme africaine, Karen Blixen
14. Eux sur la photo, Hélène Gestern
15. L’amour secret, Paola Calvetti
16. Derniers adieux, Lisa Gardner
17. Juste avant, Fanny Saintenoy
18. L’envers des autres, Kaouther Adimi
19. La confusion des peines, Laurence Tardieu
1. Parapluies, Christine Eddie
2. La fiancée de Bombay, Julia Gregson
3. La maison des temps rompus, Pascale Quiviger
4. Yrmeline ou Le chant des pierres, Bluette Diot
5. Meurtres entre soeurs, Willa Marsh

6. Tuer le père, Amélie Nothomb
7. Génération Nothomb, Annick Stevenson
8. La fille de son père, Anne Berest
9. Le premier été, Anne Percin
10. Du domaine des murmures, Carole Martinez
11. Le pacte des vierges, Vanessa Schneider
12. Le bonheur est assis sur un banc et il attend,  Janik Tremblay

Anne
1. La séquence des corps, Patricia Cornwell
2. Une eau froide comme la pierre, Deborah Crombie
3. Un sang d’aquarelle, Françoise Sagan

Thomas
1. Zones humides, Charlotte Roche

1. Un bûcher sous la neige, Susan Fletcher  
2. L’ingénue libertine, Colette

Titou
1. L’enfant-rien, Nathalie Hug
2. La mer noire, Kéthévane Davrichewy
3. La brûlure du chocolat, Barbara AbelZazy
1. L’amour est une île, Claudie Gallay
2. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
3. Sainte Rita patronne des causes déespérées, Claire Wolniewicz
4. Hors-Service, Solja Krapu
5. Des nouvelles du Celsa, Collectif
6. Babyfaces, Marie Desplechin
7. Eux sur la photo, Hélène Gestern
8. Le testament d’Olympe, Chantal ThomasZétoile 
1. L’épreuve, Béatrice Saubin

Arie :

1. Journal de voyage, Alexandra David-Néel
2. Les déferlantes, Claudie Gallay
3. François le Champi, George Sand
4. Le roman des voyageuses françaises (1800-1900), Françoise Lapeyre
Camélias
1. Éternels (la saga : tomes 1 à 4), Alyson Noël
2. Elle s’appelait Sarah, Tatiana de Rosnay
3. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
4. Chouette une ride!, Agnès Abécassis
1. Les vampires de Manhattan, tome 6
La promesse des Immortels, Melissa de la Cruz
2. Sale bête : Hamster drame,  Maïa Mazaurette & Iris
3. Les ailes d’Alexanne, tome 3, Le faucheur, Anne Robillard
Publicités

12 Commentaires

Classé dans Défis littéraires, Divers

Trilogie allemande – Charlotte Link

(Le temps des orages, Les lupins sauvages, L’heure de l’héritage)

Libre Expression (2002)

509 pages

Libre Expression (2003)

658 pages

Libre Expression (2003)

551 pages

J’ai commencé cette trilogie sans grandes attentes ni grands espoirs il y a plusieurs mois. Il faut dire que je venais de terminer Jane Eyre, que j’avais adoré, alors celle-ci me semblait un peu fade après le livre de Charlotte Brontë. Mais il y a quelques semaines, j’ai réessayé. Je voulais vraiment soit lire ces livres ou m’en débarrasser, car ils traînaient ici depuis des années. J’ai donc tout repris du début et miracle, j’ai embarqué. Ces livres ont plein de défauts (répétitions, personnages très stéréotypés, etc.), mais si on se laisse prendre par la saga de cette famille qui traverse les deux Guerres mondiales, on y trouvera notre compte.

En très gros résumé, la trilogie raconte l’histoire de la famille Domberg entre 1914 et 1994 et surtout celle de Felicia Degnelly, fille de Elsa Domberg et de Rudolf Degnelly. Le tout commence à Lulinn, domaine de la famille en Prusse-Orientale. (Mais c’est où, la Prusse-Orientale? C’est dans le royaume de l’empire allemand jusqu’en 1945, environ. Aujourd’hui, ce territoire est divisé entre la Pologne et la Russie. Lulinn est près de Königsberg, rebaptisée Kaliningrad, une exclave russe entre la Pologne et la Lituanie.) On est donc à Lulinn, résidence du patriarche et de la matriarche de la famille et résidence d’été pour les autres membres de la famille. La Première Guerre mondiale éclate, et le destin de la famille en sera changé à jamais. Le grand-père, Ferdinand, ne survivra pas longtemps; les quatre enfants, Victor, Elsa, Belle et Léo, et les petits-enfants, Modeste, Johannes, Felicia, Christian et Nicola, vivront divers drames: guerre, morts, mariages, divorces, maladies, etc. Évidemment, il faut ajouter à ça quelques bonnes histoires d’amour tragiques sur fond de guerre, mais aussi sur fond de reconstruction, et l’histoire d’amour entre Felicia, Maksim et Alex reviendra tout au long des livres.

Comme je l’ai dit plus haut, selon moi, les personnages sont très stéréotypés. Toutes les femmes de la famille, ou presque, ont les yeux gris (Qui a déjà vu des yeux gris?) et sont très froides, elles ne peuvent pas aimer, sont arrivistes, etc. Une ou deux, ça va, mais toute la gang? Et répété toutes les pages? Ça fait lourd. Et l’histoire entre Felicia et Maksim qui se tournent autour pendant 80 ans? Pus capable à la fin! Mais cela dit, cette saga familiale est un prétexte pour nous faire découvrir la guerre autrement, au cas par cas, ce qui a été différent pour moi, car j’ai l’habitude voir des documentaires sur la guerre ou de grands films qui se concentrent surtout sur les batailles ou sur la guerre comme un tout. Mais ici, on se rend compte des traces que la guerre laissait sur les individus. Même si cette oeuvre est romancée, je suis sûre que tout ce qui est raconté a dû être vécu: les jeunes envoyés à la guerre qui ne reviennent pas ou reviennent marqués ou défigurés, les plus vieux qui étaient dispensés au début, mais qui devront y aller plus tard pour renflouer les rangs qui baissent, les déserteurs et leur sort, les médecins et infirmières morts sur terrain, les gens torturés et violés, les domaines pillés, les maisons brûlées, les courses folles pour s’enfuir, souvent dans la neige et le froid, les morts qui surviennent, les files pour essayer d’obtenir du pain et du lait, la révolution en Russie en même temps, l’exil des juifs, les camps de concentration, ceux qui ont pu se cacher, ceux qui ont caché, etc. Tous ces malheurs sont ramenés à l’échelle individuelle à travers l’histoire des personnages, ce qui est extrêmement touchant, car on voit le pire de l’homme, mais on voit aussi le meilleur à travers les histoires de ceux qui ont aidé, de ceux qui ont tout perdu et qui ont pu se relever, etc. On passe de Berlin à Munich à Saint-Pétersbourg à Paris, on voit les villes changer au fil du temps et des guerres, et c’est très intéressant.  On rencontre (de loin) des personnages historiques, Staline, Lénine, Trotski et même Hitler, alors qu’ils étaient encore jeunes. On comprend un peu plus le peuple allemand de ne pas avoir su s’élever contre les fous lorsque ceux-ci sont arrivés, car les Allemands vivaient dans la misère depuis la Première Guerre.

Des trois livres, j’ai de loin préféré le premier et le deuxième tomes. Le premier s’en tient surtout aux années entourant la Première Guerre mondiale. Le deuxième, aux années entourant la Deuxième Guerre mondiale. Le troisième, après un prologue se situant en 1957, saute aux années 1977, et est le moins intéressant. Peut-être est-ce parce que l’époque est encore très proche et que nous la connaissons mieux? L’histoire du troisième tome suit encore le parcours des membres survivants de la famille, mais pour le contenu, il est beaucoup moins intéressant. On y parle du monde des affaires et des multinationales, de voyages aux États-Unis, de la montée du militantisme chez les jeunes, de ceux qui ont émigré en Israël et de la menace du Koweït, du sida, des usines en Chine, etc. Un peu de tout, peut-être un peu trop, ce qui fait qu’on ne s’attache pas autant aux personnages que dans les deux premiers tomes. Je l’ai lu au complet, mais parfois en diagonale, car l’histoire m’intéressait moins et les répétitions sur ces femmes froides aux yeux gris étaient encore plus présentes.

Si vous voulez des informations plus exactes sur les Guerres, j’imagine que ces livres ne sont peut-être pas les meilleurs ouvrages, mais pour vivre la guerre et ses conséquences au jour le jour, je les ai trouvés intéressants et je pense avoir appris certains trucs (révolution en Russie en pleine Première Guerre mondiale, répartition du territoire, etc.)

Ce livre fait partie du défi La plume au féminin, dans lequel je voulais découvrir 4 auteures entre le 8 mars 2011 et le 8 mars 2012. La première a été Charlotte Brontë avec Jane Eyre, et j’enchaînerai avec Sylvia Plath.

6 Commentaires

Classé dans Link Charlotte

Dr Jekyll & Mr Hyde and Other Strange Tales – Robert Louis Stevenson

Robert Louis STEVENSON (2009 – cette édition; original – 1886)

Arcturus

238 pages

 

Je sais, notre défi C’est Kiltissime est fini depuis longtemps, mais je n’avais pas encore pris le temps d’écrire mon dernier billet. Alors, pour boucler la boucle avant Noël, je termine avec un classique que je n’avais jamais lu. Pourtant, il fait tellement partie de l’imagination populaire que j’avais l’impression de le connaître. Malgré tout, j’ai quand même eu quelques bonnes surprises, comme le fait que cette histoire est une nouvelle plutôt qu’un roman: dans mon édition, elle ne fait que 70 pages.

L’histoire en quelques mots (Attention, révélations si vous ne l’avez jamais lu, car je commence par la fin…)

Le bon Dr Jekyll, qui cache depuis toujours au fond de lui un penchant pour le vice, penchant très mal vu dans la bonne société, décide de mettre au point une potion qui lui permettra de changer d’apparence quand il voudra se livrer à ses activités malsaines. Au début, tout va bien. Il se transforme quand il le désire seulement et son alter ego, Mr Hyde, n’est pas bien fort, car le côté « gentil » du Dr Jekyll dépasse largement son côté « vilain ». Mais après quelque temps, la balance des forces changera, et c’est Mr Hyde qui deviendra plus puissant, à un point tel que le Dr Jekyll ne pourra plus contrôler les transformations.

Pendant que le Dr Jekyll est tiraillé entre le bien et le mal, on suit aussi le quotidien de Mr Utterson, avocat et ami du Dr Jekyll, et du Dr Lanyon, collègue du Dr Jekyll qui a mis fin à leurs fréquentations à cause de différentes philosophies. C’est à travers ses deux hommes et les différentes horreurs qui commencent à se dérouler dans le quartier qu’on pourra recoller les morceaux de cet étrange casse-tête.

Mon avis

J’ai beaucoup beaucoup aimé. Je m’attendais à trouver quelque chose que je connaissais, mais dans le fond, je me rends compte que ce n’était pas vraiment le cas. J’ai trouvé le crescendo du suspense excellent, aucun moment ennuyeux, toujours bien rythmé. Évidemment, la dualité entre le bien et le mal est soulignée et mise en gras, mais j’ai quand même beaucoup apprécié. Les descriptions des horreurs que perpétue Mr Hyde sont ténues, mais les transformations du Dr Jekyll en Mr Hyde sont très très bien décrites. Tout ça m’a beaucoup plus plu que n’importe quelle adaptation que j’aie pu voir.

C’est 2 en 2 pour moi et Stevenson! Après L’Île au trésor, que j’ai beaucoup aimé, il a su me séduire avec Dr Jekyll & Mr Hyde. 

L’avis de Karine qui a aussi lu la même édition que moi, c’est-à-dire un recueil contenant cette histoire et d’autres nouvelles.

7 Commentaires

Classé dans Stevenson Robert Louis

Strip Jack – Ian Rankin

Ian RANKIN (1993)

Orion

279 pages

(version traduite: Piège pour un élu)

Gregor Jack, un député écossais, est arrêté lors d’une descente dans un bordel d’Édimbourg. Les médias, alertés au préalable par on ne sait qui, sont déjà là et sont trop heureux de prendre sa photo et de la diffuser dans les journaux. Parallèlement, Rebus enquête sur une histoire de livres rares volés et un peu par hasard, il décide d’arrêter chez Jack pour prendre de ses nouvelles. Là-bas, notre futé Rebus flaire un mystère: la femme de Gregor Jack n’a pas donné signe de vie depuis des jours, ce qui semble étrange à Rebus compte tenu de la situation de son mari, mais qui semble tout à fait normal à Jack, car sa femme vit ce qu’on pourrait appeler une double vie dans laquelle les fêtes orgiaques avec ses amis d’enfance, aucun d’entre eux blanc comme neige, font légion dans la région.

Voici la quatrième enquête de l’inspecteur Rebus et mon plaisir est toujours le même. Je pense que je l’aime d’amour… Je l’aime parce qu’il a un sens de l’humour noir et malsain, je l’aime parce qu’il est terrible et imparfait et je l’aime parce qu’il est futé et qu’il fait rarement des compromis.

De tous les Rebus que j’ai lus jusqu’à maintenant, je pense que celui-ci est le plus drôle. Notre Rebus, fidèle à lui-même, est toujours un peu bêta et jamais très orthodoxe: il s’essuie les mains sur un tapis de bain et non sur une serviette; il se sert du whisky dans la maison d’une victime; il pense empocher l’argent que son employeur lui donne pour payer son B&B et dormir dans sa voiture, etc. Il y a aussi énormément de jeux de mots assez comiques et, par curiosité, j’aimerais bien savoir comment ça a été traduit (note à ceux qui le liront en français): male member pour décrire un membre mâle du Parlement et le membre masculin; brothel creepers pour décrire un type de chaussures et les clients du bordel; Strip Jack, le titre, qui fait référence à un jeu de cartes et en même temps, à quelqu’un qui voudrait mettre Gregor Jack à nu.

Évidemment, comme dans les autres livres, il y a des éléments récurrents, comme une autre femme, la Dre Patience Aitken (plutôt barbante), des références aux dents gâtées de Rebus, des références à Muriel Spark et à George Orwell, etc. Certains diront que c’est facile pour un auteur de reprendre des éléments antérieurs, mais je trouve que c’est réconfortant et amusant, si on aime le personnage et si c’est bien fait.

Dans ce tome, une partie de l’intrigue se déroule en dehors d’Édimbourg mais, bien sûr, la capitale est toujours aussi bien décrite:

« Springtime in Edinburgh. A freezing wind, and near-horizontal rain. Ah, the Edinburgh wind, that joke of a wind, that black farce of a wind. Making everyone walk like mime artists, making eyes water and then drying the tears to a crust on red-nipped cheeks. And throughout it all, that slightly sour yeasty smell in the air, the smell of not-so-distant breweries. » (p.50)

Et les clins d’oeil écossais sont très présents:

« He looked at the list of delights printed above the counter. Red, white and black puddings, haggis, smoked sausage, sausage in batter, steak pie, mince pie, chicken… with pickled onions or pickled eggs on the side. » (p.114)

Encore une fois, j’avais la superbe réédition d’Orion dans laquelle l’introduction écrite par Rankin m’a appris un tas de faits intéressants. En voici quelques-uns:

  • Ce livre a été écrit pendant que l’auteur vivait en France, et c’est à ce moment qu’il a ressenti un besoin de retourner à ses racines écossaises. Les références sont nombreuses, le vocabulaire est écossais, les lieux aussi:  « Curiously, it was only in leaving Scotland that I began really to become interested in my native country’s history and politics. I started to devour books on these subjects, and would return to Edinburgh three or four times a year… » (p. xii)
  • Les amis un peu déjantés de Gregor Jack et de sa femme sont inspirés de ses amis. C’en dit assez sur Rankin…
  • Pour la première fois, Rankin se met vraiment dans la peau de Rebus et lui donne certaines de ses caractéristiques physiques et psychologiques et certains de ses souvenirs, comme les pique-niques et les voyages en famille.
  • La fin de ce livre annonce le début du « vrai » Édimbourg pour Rankin. Alors que dans les quatre premiers livres certains lieux étaient inventés (le poste de police, par exemple), à partir du prochain, ce sera beaucoup plus réaliste: « I would take Rebus out of my made-up Edinburgh and into the real one: he would work in a real cop-shop and drink in real bars. » (p.xiv)
C’est toujours un bonheur presque sans faille de lire une enquête de l’inspecteur Rebus. Je me dis qu’à un moment donné, je ne pourrai qu’être déçue, mais pour l’instant, je jubile encore.
Ce livre a été lu en lecture commune avec Cryss. Dans quelques jours, Maeve nous rejoindra.

Les enquêtes de l’inspecteur John Rebus

  1. Knots and Crosses (L’étrangleur d’Édimbourg)
  2. Hide and Seek (Le Fond de l’enfer)
  3. Tooth and Nail (ou Wolfman) (Rebus et le loup-garou de Londres)
  4. Strip Jack (Piège pour un élu)
  5. The Black Book (Le Carnet noir)
  6. Mortal Causes (Causes mortelles)
  7. Let it Bleed (Ainsi saigne-t-il)
  8. Black and Blue (L’Ombre du tueur)
  9. The Hanging Garden (Le Jardin des pendus)
  10. Dead Souls (La Mort dans l’âme)
  11. Set in Darkness (Du fond des ténèbres)
  12. The Falls (La Colline des chagrins)
  13. Resurrection Men (Une dernière chance pour Rebus)
  14. A Question of Blood (Cicatrices)
  15. Fleshmarket Close (Fleshmarket Close)
  16. The Naming of the Dead (L’appel des morts)
  17. Exit Music (Exit Music)

18 Commentaires

Classé dans Rankin Ian

Le serment des Highlands – John-Erich Nielsen

John-Erich NIELSEN (2011)

Head over Hills

258 pages

Grâce au site Bibliofolie, qui offre parfois des partenariats avec des éditeurs, j’ai eu la chance d’obtenir un exemplaire du livre de John-Erich Nielsen, Le serment des Highlands. J’en étais bien heureuse, et ce, pour plusieurs raisons. Premièrement, un livre gratuit, c’est toujours agréable. Deuxièmement, ce livre cadrait parfaitement avec l’été Kiltissime. (Remarquez la jolie couverture en tartan bleu.) Et troisièmement, cet auteur n’est pas offert à ma bibliothèque locale, alors c’était une chance à ne pas manquer.

Le serment des Highlands est le 8e livre d’une série mettant en vedette le jeune inspecteur écossais Archibald Sweeney. Dans ce tome, Archie et sa tante Midge sont en vacances au massif de Kintail (près du château d’Eilean Donan pour ceux qui connaissent l’Écosse) et profitent de ce temps pour faire des randonnées. Peu avant leur départ, la propriétaire de l’auberge où ils logent parle à Sweeney des mystérieux disparus. En effet, depuis deux ans, environ 7 personnes ont disparu dans les environs. Sweeney, ne pouvant pas s’empêcher d’aller y jeter un œil, malgré le fait qu’il soit en vacances et que ce ne soit pas son territoire, sera personnellement impliqué dans l’histoire et, bien sûr, découvrira le pot aux roses à la fin. Mais avant d’y parvenir, il fera quelques randonnées bizarres, rencontrera des gens plus étranges les uns que les autres, entendra parler des légendes du coin et devra se fier à son instinct à plus d’une reprise.

J’aimerais être dithyrambique et dire que j’ai adoré. D’autant plus que ce livre m’a été offert et que j’en étais bien reconnaissante. Pourtant, il n’a pas su m’accrocher. Comme je suis assez bon public pour tout ce qui est polar, surtout s’il se déroule en Écosse, j’ai apprécié l’histoire, mais je n’ai pas ressenti le bonheur que je ressens en lisant Ian Rankin, par exemple. J’ai beaucoup aimé les descriptions de l’Écosse, et il est évident que l’auteur aime ce pays. Grâce à ses portraits des paysages, je veux maintenant aller faire les mêmes randonnées qu’Archie. Mais pour ce qui est des personnages et de l’écriture, je n’y ai pas cru.

Le personnage principal, l’inspecteur Sweeney, se promène tout le temps avec un bâton de golf, son sand wedge, comme on dit en français (hum…) même dans des endroits incongrus. À cheval, par exemple. Je comprends la motivation de bien détailler un personnage et de lui donner des particularités récurrentes, mais j’ai trouvé ça un peu exagéré. J’aurais parfaitement vu cette singularité du personnage dans un livre jeunesse, par exemple.

Puis, malgré tout l’amour que je sentais pour l’Écosse dans ce livre, je sentais aussi l’écriture étrangère derrière les mots. Vous me direz que c’est normal, car l’auteur n’est pas écossais, mais pour moi, c’était comme si Archie était un étranger vivant en Écosse et non un Écossais de souche. Est-ce que ça a du sens? Il me semblait un peu spécial, comme tout bon Écossais, mais il était gentil, allumé, attentionné, etc. Il me semblait que le personnage aurait pratiquement pu être natif de n’importe quel endroit ou se transplanter n’importe où. Remarquez que ce n’est pas un problème en soi. C’est sûrement qu’après une dizaine de livres à saveur écossaise cet été, je commence à être exigeante. Ou peut-être ai-je développé des préjugés sur ce que doit être « un bon personnage écossais ». (Être amateur de whisky, par exemple?)

Enfin, quelques petits trucs stylistiques m’ont agacée, comme les pensées d’Archie mises en italiques. Ça faisait beaucoup trop d’italiques à mon goût. C’est un peu comme si on les avait écrites en majuscules:

Constatant que sa tasse était déjà vide, l’inspecteur émit un profond soupir. Et puis, s’agaça-t-il, aussi longtemps que je ne serai pas en paix avec moi-même, je sais qu’aucune femme ne trouvera sa place dans ma vie. (p. 50)

J’ai trouvé parfois que c’était « juste trop ». Trop d’adjectifs: « Désarçonné, Pat McKenzie lança un regard d’une noirceur absolue à l’horripilant barbu. » (p. 119) Trop de lieux communs: « Sweeney ne répondit pas, mais songea: Je ne sais pas si Donovan McLeod a l’intention d’ouvrir un « Jurassic Park » écossais mais, avec les traces que cette affaire ne manquera pas de laisser dans la région, je crois qu’il ferait mieux de changer d’idée et d’inaugurer un… « Whitechapel » des Highlands! ironisa-t-il. Parce qu’avec ce « Jack le Coupeur de têtes » qui se promène sur la lande, dorénavant, la concurrence risque d’être rude pour le loch Ness! » (p. 201) Trop de jeux de mots faciles, comme les qualités animistes qu’on donne au sommet des Five Sisters (les cinq sœurs): « Sur la gauche, les maisons paraissaient délicatement enserrées par le bleu scintillant du loch Duich et, sur la droite, par le vert éclatant des derniers contreforts des Five Sisters qui, négligemment, laissaient traîner leurs jupons dans la fraîcheur du loch. » (p.  57) Ou encore: « […] des « cinq sœurs » qui sont très courtisées« . (p.51)

En gros, un livre, et sûrement une série, que j’aurais adoré adolescente. Un peu moins maintenant.

Petite réflexion de fin de billet:

Ce billet a été assez difficile à écrire. Comme j’ai reçu ce livre gratuitement, avec comme condition d’en faire une critique, faire preuve de négativisme envers l’œuvre me rendait mal à l’aise. De plus, je sais que l’auteur lira ces lignes, car il suit notre groupe Kiltissime et lira sûrement les billets sur son livre le 4 septembre sur Bibliofolie. Qui suis-je pour blesser quelqu’un ainsi? Surtout quelqu’un qui fait quelque chose que je ne pourrais pas faire. D’un côté, je me dis qu’un auteur doit assumer ses bons coups et ses mauvais coups, mais comme je ne suis pas critique professionnelle, mon billet me dérange un peu et mes attaques semblent gratuites.  D’un autre côté, comme je lis beaucoup et que je travaille avec la langue tous les jours, je me dis que mon opinion vaut bien celle d’un autre. J’ai donc décidé d’être honnête et de dire le fond de ma pensée, tout en pesant mes mots.

Mon opinion n’est qu’une parmi plusieurs, car les autres lectrices semblent avoir beaucoup plus apprécié que moi. Pour lire leurs billets, vous pouvez aller chez Méloë, chez Totalybrune et chez Pascale. Et, bien sûr, sur Bibliofolie dès le 4 septembre.

Pour en savoir plus sur l’auteur, sur la série et sur Head over Hills:

https://www.facebook.com/people/John-Erich-Nielsen/1624841487?sk=info

http://www.headoverhills.com.fr/index.html

18 Commentaires

Classé dans Nielsen John-Erich

Les Maîtres de Glenmarkie – Jean-Pierre Ohl

Jean-Pierre OHL (2008)

Gallimard

361 pages

Voici une phrase du livre qui résume bien l’oeuvre: Un livre + un livre + un livre + un livre + un livre = un homme. 

L’histoire, racontée à deux voix (celle de Mary et celle de Krook), commence sur l’île d’Islay, en Écosse, à la fin des années 40. Mary Guthrie, la fille du bedeau, entretient une drôle de relation avec Ebenezer Krook, le prêtre de la paroisse. Une relation qui influencera le parcours universitaire de Mary à Édimbourg et qui poussera Krook à défroquer. Vous pensez que je parle d’une simple partie de jambes en l’air? Pas du tout.

Krook vit sous un nuage noir depuis son enfance: son père, parti à la guerre alors que Krook n’était qu’enfant, est mort en laissant à son fils un livre (Martin Eden de Jack London) et une bague. Sa mère, professeure de littérature et spécialiste de sir Thomas de Glenmarkie (un homme de lettres mineur mort de rire), en avait plus pour ses livres que pour son fils. Les années passent, et Krook devient prêtre (sans grande conviction). Un jour, après avoir frappé son supérieur, Krook, un ivrogne, s’en va à Édimbourg où il deviendra commis dans une librairie, milieu qu’il abhorre à cause de sa mère. Mais cette librairie est « spéciale », car on n’y vend que des livres parus depuis plus de 50 ans, donc pas de James Joyce et Virginia Woolf, car cette date est « La digue qui nous préserve du flot malsain des livres de circonstances. Des livres superflus, vite écrits, vite vendus, vite oubliés. » (p. 101)

Quant à Mary, qui a trouvé refuge dans la littérature après la mort de sa mère, elle s’accroche à Glenmarkie et désire en faire sa thèse à l’université. Ce désir la mènera au manoir délabré de la famille Glenmarkie où elle rencontra des êtres étranges, où elle tentera de résoudre le mystère du secrétaire aux 32 tiroirs et où la ligne entre la folie et la raison est mince.

Mon résumé me semble bien pauvre comparé à tout ce qui se trouve dans ce livre: relations maudites, problèmes de boisson, vieux livres, famille étrange, énigmes à résoudre, etc. Mais ce que je peux en dire avec certitude, c’est que ce livre plaira aux lecteurs, ceux qui aiment les vieux livres, les auteurs classiques, ceux qui rêvent d’avoir une bouquinerie mal organisée à côté de chez eux.

Ce livre est une porte d’entrée vers d’autres livres. C’est un livre « en toile d’araignée » où l’auteur nous parle de Jack London, de Dickens, de Dostoïevski, de Henry James, du Maître de Ballantrae de Stevenson, etc. C’est un livre dans lequel George Orwell a un grand rôle et dans lequel le livre de Jack London, Martin Eden, est presque un personnage. Ce livre est pour ceux que les livres font rêver, pour ceux qui donnent un caractère romantique à la littérature:

« La pile de livres sur la table de nuit de Walpole me rappela son dernier passage à la boutique, le lundi après le match. Robin, Lewis étaient là. ‘Je suis venu les caresser.’ Et il l’avait fait. Il avait caressé les livres. ‘Pas le temps. Pas le temps de vous lire tous… On a, quoi, cinquante, soixante ans devant nous ? Presque rien. Tous ces livres qu’on n’a pas lus… ces mariages manqués… car ce sont des mariages! Les livres et les lecteurs se marient, ils font même des enfants! Des petits homoncules qui ne quittent jamais notre cerveau, mais qui vivent à leur façon, qui grandissent et meurent avec nous… Ils ont même des noms en italiques: Humphry Clinker, Moby Dick…' » (p. 345)

Mais attention. Ce livre n’est pas pour plaire à tous. Il est très absurde par moment, donc pour ceux qui préfèrent quelque chose de plus traditionnel, ça peut déranger. Et garde aux lecteurs qui n’aiment pas consulter un dictionnaire. Peut-être est-ce un signe de mon manque de vocabulaire, mais à plusieurs reprises, j’ai dû sortir Petit Bob pour qu’il m’indique ce que voulaient dire atermoiement, loupiote, manducation, etc.

Enfin, pour terminer sur une note amusante, je veux vous dire que par le plus grand des hasards, j’ai goûté en fin de semaine, chez des amis, au whisky Caol Ila, le whisky dont on fait mention dans le livre. Et eurêka! Après maintes dégustations de liquide ambré, j’ai enfin trouvé whisky à mon pied. Il est excellent. Rien à voir avec ceux que j’avais goûtés auparavant. Les « experts » au tour de la table m’ont dit que contrairement à la plupart des whiskys, celui-ci n’était pas fumé. Ce qui fait sa différence. Donc, il paraîtrait que j’aime bien le whisky non fumé. Et le whisky cher, car il se vend à peu près 135$…

Pour moi, ce livre fut une découverte. Je l’ai emprunté à la biblio, mais j’irai me le procurer à la librairie pour le relire. Je n’en avais jamais entendu parler avant, mais c’est bien moi. Toujours en retard. Apparemment que dans le milieu des blogues littéraires, ce livre avait la cote depuis un bout! Si vous voulez lire d’autres critiques, en voici quelques-unes pigées au hasard. Certaines sont bonnes, d’autres plus mitigées ou encore, dithyrambiques:

Cryss

Lou

Yspaddaden

Le hérisson lecteur

Karine

Yueyin 

Ce livre fait partie de notre défi Kiltissime, qui tire à sa fin. Si vous voulez voir ce que les participants ont lu jusqu’à présent, cliquez sur la photo

18 Commentaires

Classé dans Ohl Jean-Pierre

Voyage à reculons en Angleterre et en Écosse – Jules Verne

Jules VERNE (1989)

le cherche midi éditeur

239 pages

Je dois tout d’abord avouer que je n’ai pas terminé ce livre. J’ai lu 114 pages. Ce n’est pas qu’il était affreusement mauvais, mais je ne m’amusais pas et ça ne soulevait aucun intérêt chez moi. Faut aussi avouer que je ne connais pas Jules Verne. Ou tout ce que je connais, c’est les films tirés de ses oeuvres (20 000 lieues sous les mers, Le tour du monde en 80 jours, etc.), les éléments de culture générale et les attractions de Walt Disney. J’ai toujours pensé que c’était un manque à ma culture littéraire générale de n’avoir jamais lu Verne, alors je voulais vraiment aimer ce livre, qui m’aurait peut-être poussée à lire les autres. Il va falloir que quelqu’un travaille fort pour réussir à me convaincre, maintenant.

Ce livre, écrit en 1859 alors que Verne n’avait que 31 ans, est un récit biographique d’un voyage que l’auteur a entrepris avec son ami Aristide Hignard dans les années 1850. Les deux hommes ont visité l’Angleterre et l’Écosse, et les lieux ont tant marqué Verne qu’il en a écrit un livre, qui a été refusé par l’éditeur Hetzel en 1862. Verne a quand même utilisé ses notes pour de futures oeuvres. Ce manuscrit inédit dormait dans les archives de la ville de Nantes depuis des lustres et a été publié en 1989.

Dans ce livre, Jacques et Jonathan (Jules et Aristide) reçoivent une offre inattendue: la chance d’embarquer sur un navire qui se rend jusqu’en Angleterre. Jacques ne se peut plus. Il a toujours rêvé de visiter ce pays ainsi que l’Écosse (comme Jules qui voulait visiter l’Écosse, la terre de ses ancêtres). La décision est vite prise, et je pense que Jacques commence ses bagages au moment même. Le hic, c’est que le navire ne finit plus d’arriver. Et pire, leur escale à Bordeaux, qui ne devait durer que quelques heures, au max quelques jours, durera 17 jours. Enfin, après une attente interminable, ils s’embarquent vers le Royaume-Uni et débarquent à Liverpool (à la page 71). Puis, ils filent en train vers l’Écosse, où ils passeront 1 semaine. C’est là que je les ai laissé tomber (page 114).

Je n’ai rien de terrible à dire sur ce livre, qui est assez rigolo en fait. Il y a un tas de jeux de mots assez comiques concernant l’anglais des voyageurs et des descriptions marrantes, mais je n’ai pas accroché:

Jacques boucla sa valise bourrée d’objets parfaitement inutiles et embarrassants; il revêtit son parapluie de sa tunique en toile cirée; il jeta sur son épaule sa couverture de voyage représentant un tigre jaune sur un fond rouge; il se coiffa de l’inévitable casquette du touriste convaincu, et sauta dans une voiture de place. (p. 16)

Étrangement, c’est à leur arrivée en Écosse que j’ai abandonné ma lecture. Pourtant, j’adore l’Écosse et le coin du Loch Lomond, où les deux amis vont. Mais ça n’a pas cliqué. J’avais pourtant bien aimé la description de leurs quelques jours à Liverpool, où on perçoit vraiment la pauvreté et l’insalubrité de la ville à cette époque. Mais ne vous fiez pas juste à moi pour vous forger une opinion, car ce livre fait partie de notre défi Kiltissime (il se déroule en Écosse) et c’était une lecture commune avec d’autres blogueuses. Pour voir ce qu’en ont pensé Pascale et Cryss, cliquez sur leur nom. D’autres blogueuses doivent aussi le lire, mais comme moi, leur billet tarde. À suivre…

6 Commentaires

Classé dans Verne Jules