Archives de Tag: Boréal

Alice court avec René – Bruno Hébert

HÉBERT, Bruno (2000)

Boréal

180 pages

Ce livre est la suite de C’est pas moi, je le jure! Nous retrouvons Léon, maintenant en cinquième année. L’école est un pur calvaire pour lui. Il se fait sans cesse harceler, il est incapable de se concentrer et d’apprendre quelque chose et ses problèmes mentaux/pertes de conscience qui semblaient réglés reviennent le hanter.

Un autre livre très cru et très bon qui se lit d’une traite. Bruno Hébert sait vraiment faire ressortir les sentiments du jeune garçon, car on le sent désemparé. On voudrait l’aider, le prendre sous notre aile, brasser ses parents pour les réveiller. Il faudra attendre le prochain livre (et la conclusion d’une trilogie, je crois) pour connaître le destin de Léon.

Ma note : 4/5

(critique d’origine – 2005)

Poster un commentaire

Classé dans Hébert Bruno

C’est pas moi, je le jure! – Bruno Hébert

HÉBERT, Bruno (1997)

Boréal

196 pages

Léon Doré a 10 ans et ne sait pas trop quoi faire de son temps, alors il fait de mauvais coups. Ce qui au début nous semble être l’histoire d’un petit garçon malcommode se transforme en une histoire touchante et plutôt dérangeante. On descend avec Léon dans ce qui semble être la dépression ou la maladie mentale infantile.

Attention, la suite peut révéler des parties de l’intrigue.

Je viens de terminer ce livre et j’aimerais bien le relire pour me concentrer sur les passages avec Clarence. Existe-t-elle vraiment ou bien est-ce une invention de l’imagination/de la maladie de Léon? Portez-y attention si vous le lisez. Même chose pour les passages où Léon perd conscience. Est-ce le symptôme d’un dédoublement de personnalité? Bon, j’extrapole, mais il y a beaucoup plus que les simples mots dans ce livre. Il y a une histoire sous-jacente, c’est certain.

D’habitude, je n’aime pas trop les histoires mettant en vedettes les enfants. Je trouve que les auteurs s’en permettent trop, et leurs personnages ne sont souvent pas réalistes. Mais cette fois-ci, c’était vraiment bien fait. Tellement qu’on se demande si l’auteur parle en connaissance de cause…

Ma note : 4/5

MAJ 2011: Le livre a été adapté au grand écran en 2008. Le film de Philippe Falardeau, C’est pas moi, je le jure!, a été très bien reçu. Je l’ai loué il y a quelque temps et j’ai beaucoup aimé. Comme pour les livres, les films mettant en vedette des enfants ne m’attirent généralement pas beaucoup, mais c’était vraiment bien. Le jeune Antoine L’Écuyer, en Léon, est extraordinaire. Si vous voulez voir la bande-annonce, cliquez ici.

(critique d’origine – été 2005)

10 Commentaires

Classé dans Hébert Bruno

Un dimanche à la piscine à Kigali – Gil Courtemanche

COURTEMANCHE, Gil (2000)

Boréal

284 pages

Bernard Valcourt est un cinéaste québécois un peu désabusé qui est au Rwanda pour filmer, écrire. Quoi? Lui-même ne le sait pas trop. Il commence par vouloir faire un documentaire sur le sida, fléau qui ravage le pays, puis sans trop le prévoir, il se retrouve au milieu du génocide de 1994.

Un excellent livre qui parle d’amour sur fond de génocide. C’était assez délicat comme mission, mais c’est très bien réussi. J’ai beaucoup, beaucoup aimé, mais j’ai trouvé que la mollesse de Valcourt pendant les 2/3 du livre prenait trop de place. C’est dur à expliquer, mais l’histoire ne pouvait être autre, car s’il n’avait pas été si mou, ni rempli de ses beaux principes, il aurait filé avec Gentille beaucoup plus tôt, et le livre n’aurait pas été ce qu’il est. Mais j’ai quand même eu l’impression que l’essentiel du livre se déroulait dans les 50 dernières pages.

Le livre m’a ouvert les yeux sur ce génocide dont nous avons beaucoup entendu parler, mais que nous ne connaissons quand même pas. J’ai vraiment hâte de lire le livre du général Roméo Dallaire, J’ai serré la main du diable : la faillite de l’humanité au Rwanda, qui me donnera un peu plus de substance historique (700 pages quand même).

Un incontournable.

4/5

(critique originale – 2006)

5 Commentaires

Classé dans Courtemanche Gil