Archives de Tag: Robert Louis Stevenson

Dr Jekyll & Mr Hyde and Other Strange Tales – Robert Louis Stevenson

Robert Louis STEVENSON (2009 – cette édition; original – 1886)

Arcturus

238 pages

 

Je sais, notre défi C’est Kiltissime est fini depuis longtemps, mais je n’avais pas encore pris le temps d’écrire mon dernier billet. Alors, pour boucler la boucle avant Noël, je termine avec un classique que je n’avais jamais lu. Pourtant, il fait tellement partie de l’imagination populaire que j’avais l’impression de le connaître. Malgré tout, j’ai quand même eu quelques bonnes surprises, comme le fait que cette histoire est une nouvelle plutôt qu’un roman: dans mon édition, elle ne fait que 70 pages.

L’histoire en quelques mots (Attention, révélations si vous ne l’avez jamais lu, car je commence par la fin…)

Le bon Dr Jekyll, qui cache depuis toujours au fond de lui un penchant pour le vice, penchant très mal vu dans la bonne société, décide de mettre au point une potion qui lui permettra de changer d’apparence quand il voudra se livrer à ses activités malsaines. Au début, tout va bien. Il se transforme quand il le désire seulement et son alter ego, Mr Hyde, n’est pas bien fort, car le côté « gentil » du Dr Jekyll dépasse largement son côté « vilain ». Mais après quelque temps, la balance des forces changera, et c’est Mr Hyde qui deviendra plus puissant, à un point tel que le Dr Jekyll ne pourra plus contrôler les transformations.

Pendant que le Dr Jekyll est tiraillé entre le bien et le mal, on suit aussi le quotidien de Mr Utterson, avocat et ami du Dr Jekyll, et du Dr Lanyon, collègue du Dr Jekyll qui a mis fin à leurs fréquentations à cause de différentes philosophies. C’est à travers ses deux hommes et les différentes horreurs qui commencent à se dérouler dans le quartier qu’on pourra recoller les morceaux de cet étrange casse-tête.

Mon avis

J’ai beaucoup beaucoup aimé. Je m’attendais à trouver quelque chose que je connaissais, mais dans le fond, je me rends compte que ce n’était pas vraiment le cas. J’ai trouvé le crescendo du suspense excellent, aucun moment ennuyeux, toujours bien rythmé. Évidemment, la dualité entre le bien et le mal est soulignée et mise en gras, mais j’ai quand même beaucoup apprécié. Les descriptions des horreurs que perpétue Mr Hyde sont ténues, mais les transformations du Dr Jekyll en Mr Hyde sont très très bien décrites. Tout ça m’a beaucoup plus plu que n’importe quelle adaptation que j’aie pu voir.

C’est 2 en 2 pour moi et Stevenson! Après L’Île au trésor, que j’ai beaucoup aimé, il a su me séduire avec Dr Jekyll & Mr Hyde. 

L’avis de Karine qui a aussi lu la même édition que moi, c’est-à-dire un recueil contenant cette histoire et d’autres nouvelles.

Publicités

7 Commentaires

Classé dans Stevenson Robert Louis

L’Île au trésor – Robert Louis Stevenson

Robert Louis STEVENSON (1983 – cette édition)

Chefs-d’oeuvre jeunesse

199 pages

(version originale: Treasure Island, 1881-1883)

D’après ma signature à la première page, ce livre traîne chez moi probablement depuis sa parution en 1983. Et il n’avait jamais été ouvert. Pourtant, j’ai toujours été une avide lectrice, même petite, et j’ai toujours aimé les histoires d’aventures. Il aura fallu le mois Kiltissime pour que je daigne enfin l’ouvrir. Ce livre m’a enchantée. Et déçue. Enchantée, car j’ai beaucoup aimé, et déçue, car ce que j’avais entre les mains était une « adaptation inédite pour la jeunesse », donc une version un peu tronquée et amochée.

L’histoire: La famille de Jim Hawkins, jeune homme d’environ 14 ans, est propriétaire d’une auberge dans le sud-ouest de l’Angleterre, l’Amiral Benbow. Un jour, un drôle de marin arrive: Billy Bones. Ce dernier est violent, porté sur la boisson et extrêmement nerveux. Il paie même le jeune Jim pour l’avertir si certains hommes se pointent, ce qui ne marche pas vraiment, car à chaque visite de ces hommes, Jim, qui est beaucoup trop naïf, n’y voit que du feu et n’avertit pas le marin, qui finira par mourir après une de ces visites. Après sa mort, Jim se retrouve avec une carte indiquant l’emplacement du légendaire trésor du capitaine Flint. Jim, le docteur Livesey et le châtelain Trelawney décident alors de partir à sa recherche et pour y arriver, ils doivent d’abord se rendre à Bristol et engager un équipage, qui se révélera être des pirates aussi à la recherche de ce trésor.

Mon avis: J’ai beaucoup aimé et je ne me suis pas ennuyée une seconde. Mais comme j’avais une adaptation jeunesse entre les mains, certains trucs m’ont chicotée. L’édition est jolie et attrayante pour les jeunes, mais elle est truffée de fautes ou de coquilles (busculade, s’rrêta, etc.) , ce qui est inacceptable pour un livre qui s’adresse aux jeunes lecteurs et qui a été traduit maintes fois, et dont les versions sont disponibles un peu partout gratuitement. De plus, en comparant les versions Internet, j’ai pu m’apercevoir que ma version, même si elle me donne toutes les grandes lignes, est assez tronquée.

L’histoire principale de ce livre est la chasse au trésor, mais il est aussi intéressant de remettre ce roman dans son contexte social anglais, car il y a une morale, et les protagonistes, les bons et les méchants, sont très bien décrits. C’est pratiquement en gras et souligné. D’un côté, il y a les bons:  le jeune Jim, naïf et loyal, pour qui une parole vaut de l’or, même quand elle est donnée à un pirate; le docteur Livesey, qui honorera son serment d’Hippocrate et soignera les méchants; et le capitaine Smollett, qui lève le drapeau britannique même si ça risque de les faire prendre. De l’autre, il y a les méchants: Long John Silver, le chef des pirates qui n’hésite pas à trahir et à tuer pour arriver à ses fins; et les autres pirates, tous plus ivrognes et niais les uns que les autres. Évidemment, à la fin, les bons, ceux qui n’ont pas bu, qui ont été loyaux et qui ont bien servi Sa Majesté, gagneront, et les méchants auront presque tous une fin horrible.

À mon avis, c’est un livre que tout le monde devrait lire une fois dans sa vie, si ce n’est que pour savoir d’où viennent certaines images ou archétypes: le pirate à la jambe de bois, le perroquet, fidèle ami des marins, etc.

Ce livre, en version française, est disponible exempt de droits d’auteur sur Internet, ici, par exemple.

Ce billet fait partie du mois Kiltissime!

Pour une liste récapitulative des billets publiés jusqu’à maintenant, allez ici ou .

14 Commentaires

Classé dans Stevenson Robert Louis