Archives de Tag: Ghislain Richer

Meurtre sur le campus – Ghislain Richer

Ghislain RICHER (2001)

Les Éditions JCL

261 pages

Cinquième et avant-dernière étape du Train Fantôme :  «la tranquillité, la quiétude de l’école, du lycée, du campus».

Encore une fois, j’ai eu un peu de mal à trouver une idée de livre. Il me semblait pourtant avoir déjà lu un tas de livres d’horreur se passant sur des campus, mais là, je n’avais rien en tête. Une petite recherche avec quelques mots-clés, et voilà que je tombe sur ce livre québécois. Un deux pour un.

Un matin d’automne, l’ancien vice-recteur de l’Université de Greenbrooke est retrouvé mort dans son bureau. La scène a l’apparence d’un suicide, mais aucune arme n’est retrouvée. Le recteur demande alors à François Faggione, professeur de droit criminel réputé, de régler au plus vite ce mystère avant que la police et la ville n’en fassent leurs choux gras. Le professeur, aidé d’un jeune collège, Lambert Fortin, ainsi que d’un inspecteur enquêteront (surtout par déduction) sur ce meurtre et sur les autres événements pas très jojo qui suivront.

Un bon petit livre policier qui se lit bien et vite. À la fin, lorsque tous les suspects sont réunis dans une même pièce, on se croirait dans une partie de Clue : «Le meurtrier est le capitaine Moutarde. Le meurtre a eu lieu dans le salon et l’arme du crime est une fourchette.» Ça fait changement des polars noirs. Il y a un tas de blagues rigolotes, et le personnage de Lambert, qui semble toujours dire le mauvais mot au mauvais moment, est bien attachant.

Le seul truc qui m’a un peu dérangée, c’est qu’il est évident, pour les Québécois, que l’Université de Greenbrooke est l’Université de Sherbrooke. Dans le livre, la ville de Greenbrooke est nommée d’après un lord anglais (Sherbrooke est nommée d’après un gouverneur général anglais). Greenbrooke, avec sa population étudiante, a environ 250 000 habitants (surprise ! Sherbrooke aussi). Greenbrooke est située à la frontière des États-Unis,et au siècle passé, sa population était majoritairement de langue anglaise (voyons ! comme Sherbrooke !) Je me demande pourquoi l’auteur n’a pas simplement assumé et qu’il n’a pas pris Sherbrooke comme lieu principal dans son livre ou pourquoi il n’a pas changé les lieux du tout au tout. Mais bon, c’est un commentaire bien personnel et ça ne change pas grand-chose à l’histoire.

5 octobre: La maison hantée

10 octobre: Les zombies

15 octobre: Le cimetière, la crypte

20 octobre: La forêt interdite

25 octobre: L’école, le lycée, le campus

30 octobre: Le parc d’attractions

Pour plus d’information sur le Challenge Halloween, pour lire différents billets ou pour embarquer dans le train fantôme, vous pouvez visiter les blogues des deux organisatrices

Hilde

Lou

Ou vous pouvez vous inscrire au groupe Facebook où vous aurez tous les liens des participants.

7 Commentaires

Classé dans Richer Ghislain