Naming the bones – Louise Welsh

Naming the Bones, by Louise Welsh, HarperCollins Canada, 336 pages, $19.99

Louise Welsh (2010)

HarperCollins

389 pages

(Traduction française : De Vieux Os, Métailié, 2011)

Résumé

Le professeur de littérature Murray Watson prend une année sabbatique pour faire des recherches sur Archie Lunan, un poète écossais mort trop jeune dans des circonstances étranges. À la fin de cette année, Murray espère avoir trouvé des textes inédits et avoir publié une biographie du poète. Pour y arriver, il fait un séjour sur l’île de Lismore, là où est mort Lunan et là où vit sa compagne de l’époque, l’auteure Christie Graves, qui a refusé de le rencontrer pour ses recherches et qui a même menacé de le poursuivre s’il décidait de l’embêter.

Mon avis

J’ai beaucoup aimé ce livre. Il était fait pour moi : un mystère entourant un professeur un peu blasé et un poète mort mélangé à quelques histoires d’amour ne menant nulle part, le tout se déroulant en Écosse. Un mélange gagnant. J’ai aussi aimé l’écriture très contemporaine et directe de l’auteure. Pas de flaflas, si ce n’est de quelques expressions écossaises plus dures à comprendre pour moi qui le lisais en version originale. Les descriptions des deux villes et de l’île étaient parfaites. Comme si on y était. J’ai aussi bien aimé ce personnage de Murray Watson, jeune prof plutôt blasé, pas très motivé ni motivant, qui se soûle encore avec ses collègues dans des lieux publics la fin de semaine, là où il rencontre certains de ses étudiants. Dès le début, on sait que son histoire de cul avec Rachel, la femme de Fergus Baine, le directeur du département de littérature et par le fait même, son patron, finira mal.

J’ai aussi aimé le déroulement de l’intrigue. Malgré une histoire très contemporaine, la structure du roman, à mon avis, rappelait les policiers classiques, avec les indices donnés petit à petit : l’archiviste qui laisse aller quelques trucs, les indices trouvés chez Alan Garrett, un prof d’anthropologie décédé qui a déjà rencontré Christie Graves, puis ceux donnés par le propriétaire de l’appartement où est mort Bobby Robb, un ami de Lunan obsédé par la magie noire et, enfin, la conversation ultime avec Mme Dunn sur l’île.

Malgré tout, ce livre n’est pas parfait. Ma copine Choupynette a même abandonné, je pense. Il y a en effet quelques trucs plus achalants, comme des histoires qui ne servent à rien. Par exemple, il est normal d’avoir une petite histoire sans rapport avec l’intrigue entre Murray et son frère, Jack, mais y ajouter l’histoire de Jack et de sa copine ? Aucun rapport. Même chose avec la veuve Garrett. Vraiment ? C’est pratiquement du bourrage de pages. Il y a aussi la fin avec des révélations un peu ésotériques. Je m’en serais passé, mais bon. En grande partie, j’ai passé un bon moment et je relirai certainement cette auteure.

Lisez l’avis de Cryssilda, ici.

———————————

Ceci était ma 2e lecture écossaise pour décerner le prix Kiltissime à un roman écossais! Cryssilda, ma copine folle amoureuse de l’Écosse, nous a mis au défi de lire 6 publications écossaises récentes. Donc, pour décerner le Prix Kiltissime au meilleur livre écossais, nous lirons (pas nécessairement dans l’ordre) :

1) Louise Welsh – Naming the bones (De Vieux Os)

2) Peter May – The Blackhouse (L’Île des chasseurs d’oiseaux) ou The Lewis Man (L’Homme de Lewis)

3) John Burnside – Glister (Scintillation)

4) Ian Rankin – Doors Open (Portes ouvertes)

5) Philip Kerr – If The Dead Rise Not (Hôtel Adlon)

6) Dominic Cooper – Men at Axlir (Nuage de cendre)

Publicités

10 Commentaires

Classé dans Welsh Louise

Doors Open – Ian Rankin

Doors Open

Ian Rankin (2008)

Orion

260 pages

(Traduction: Portes ouvertes, Le Masque, 2011)

**Attention, possibles révélations pour ceux et celles qui n’auraient pas lu le livre. Je ne dévoile pas la fin, mais bon. J’aime mieux vous avertir***

Résumé

Mike Mackenzie, riche entrepreneur en informatique, Allan Cruikshank, conseiller financier, et Robert Gissing, professeur d’art près de la retraite, forment un drôle de trio. Ils ont très peu en commun si ce n’est leur amour réel pour l’art. Quand je parle d’amour réel, je parle d’amour des oeuvres, des artistes, de l’Art avec un grand A. Ces types méprisent les gens ou les organismes qui achètent des oeuvres pour les cacher ou les revendre au gros prix plus tard. Ils voudraient plutôt que l’art soit accessible, que le public puisse en profiter partout et n’importe quand, et ils détestent les  entrepôts où se cachent des oeuvres qui devraient être vues et admirées. C’est un peu pour ça que ces voleurs amateurs vont décider de tenter un vol d’oeuvres d’art de l’entrepôt de la National Gallery of Scotland qui ouvrira ses portes, pour un jour seulement, lors de la journée Portes ouvertes. Tout semble rouler pour nos amis : le professeur Gissing a trouvé un contrefacteur, Mike a su rallier quelques contacts parmi le monde du crime organisé et Allan revoit les derniers détails. Évidemment, comme dans tout bon livre ou film de vol, rien n’ira comme sur des roulettes…

Mon avis

Avant même de lire ce livre, je savais qu’il me donnerait du fil à retordre. C’est que les Rebus de Rankin, j’adore. Alors,  l’auteur saurait-il me séduire avec un roman hors-Rebus ? Les premières pages m’ont rassurée. L’écriture était la même, soit directe et drôle. Puis, quand est venue la trame principale, l’organisation du vol, j’ai décroché ben raide, comme on dit ici. Pour moi, c’était tellement irréaliste. Oui, on peut bien s’imaginer ces trois gars parler d’art de cette façon, même rêver de commettre ce vol, mais dans les faits, je n’y ai pas cru une seule minute. Pour moi, c’était tout à fait impossible qu’ils aillent de l’avant. J’ai toutefois continué ma lecture, pas très impressionnée, mais l’arrivée du crime organisé et des péripéties m’ont un peu eue à l’usure. Je trouvais encore l’histoire tirée par les cheveux, mais au moins, le rythme était réellement haletant. À quelques reprises, lors du vol ou des agressions, je retenais réellement mon souffle. Ça faisait longtemps que ça m’était arrivé.

Au final, malgré le rythme et l’écriture, l’histoire m’a peu accrochée. Cela dit, je mets la barre haute, car j’adore Rankin, mais ce petit polar n’est pas mauvais du tout si on s’abandonne à l’idée que ce vol pourrait être plausible.

Voir l’avis de Cryssilda, ici.

—————————-

Parlant de Cryssilda, ma copine folle amoureuse de l’Écosse nous a mis au défi de lire 6 publications écossaises récentes. Il n’en fallait pas plus pour m’intéresser. Donc, pour attribuer le Prix Kiltissime au meilleur livre écossais, nous lirons (pas nécessairement dans l’ordre) :

1) Louise Welsh – Naming the bones (De Vieux Os)

2) Peter May – The Blackhouse (L’Île des chasseurs d’oiseaux) ou The Lewis Man (L’Homme de Lewis)

3) John Burnside – Glister (Scintillation)

4) Ian Rankin – Doors Open (Portes ouvertes)

5) Philip Kerr – If The Dead Rise Not (Hôtel Adlon)

6) Dominic Cooper – Men at Axlir (Nuage de cendre)

11 Commentaires

Classé dans Rankin Ian

La voix – Arnaldur Indridason

Arnaldur Indridason - La Voix.

Arnaldur Indridason (2007 – version originale en 2002)

Métailié

330 pages

Depuis quelques mois déjà, j’enchaîne les Rebus de Ian Rankin. Je ne m’en lasse pas. Mais je me rends aussi compte que j’aurai bientôt fini la série et du coup, ça m’angoisse un peu, alors j’ai décidé de tromper Rankin avec un autre auteur de polars que j’aime bien, Indridason, que j’avais un peu oublié mais que Maeve et Keisha m’ont redonné envie de lire dernièrement.

L’intrigue

Reykjavik, Islande. C’est le temps des fêtes et un hôtel chic bondé est le théâtre d’un meurtre lugubre. Le portier, qui fait aussi office de père Noël, est retrouvé mort, les culottes baissées (littéralement) dans son petit cagibi du sous-sol qui lui tient liu d’appartement. Erlendur, ainsi que ses collègues Elinborg et Sigurdur Oli, mènent l’enquête, mais personne ne les aide, ni les employés de l’hôtel, qui semblent être quelques-uns à avoir quelque chose à cacher, ni la soeur et le père du défunt, qui ne semblent pas très près du portier assassiné. Erlendur, qui déteste les réjouissances qu’il aurait de toute façon passées seul, s’installe donc à l’hôtel, au plus grand dam du directeur de l’établissement et de sa fille, Eva.

Mon avis

Un autre excellent bouquin d’Arnaldur Indridason. C’est noir et déprimant et l’auteur ne fait pas de cadeaux à sa ville ni à son pays. Alors que certains autres auteurs nordiques, tout aussi noirs, misent quand même sur la beauté des paysages, ici, rien à vendre. C’est froid et pluvieux, il y a de la drogue et de la misère et, bien sûr, un enquêteur déprimé et déprimant. Tout de même, on ne peut pas s’empêcher de l’aimer et d’embarquer dans ses histoires et dans le train-train quotidien de Reykjavik et de l’Islande. Faut dire qu’un enquêteur qui corrige la grammaire de ses suspects ou de ses témoins importants, c’est chou :

– Je ne sais rien de cet homme et j’en ai vu plus de lui que ce que j’ai envie.

– Que ce dont j’ai envie, corrigea Erlendur.

– Hein ?

– Il faut dire : ce dont j’ai envie et pas ce que j’ai envie.

Elle le regarda comme s’il était malade.

C’est le troisième livre mettant en vedette Erlendur que je lis et je les apprécie de plus en plus. Oui, c’est un autre enquêteur sur la déprime, mais il ne fait pas que boire : sa vie personnelle est tout aussi mystérieuse que les enquêtes qu’il mène et elle a une place plutôt importante dans les livres. Cette fois-ci, on revoit Eva, sa fille aux prises avec un problème de drogue, et on en apprend plus sur ce jour maudit, alors qu’il était tout petit, où il est resté pris dans une tempête avec son jeune frère. En gros, c’est des enquêtes intéressantes agrémentées de personnages principaux tout aussi intéressants.

[Photo prise par moi à Reykjavik mettant en scène le même paysage que sur le couverture du livre 🙂 ]

Romans mettant en vedette le commissaire Erlendur Sveinsson

01- Synir duftsins (1997) – Inédit en français.

02- Dauðarósir (1998) – Inédit en français.

03- Mýrin (2000) – La Cité des jarres

04- Grafarþögn (2001) – La Femme en vert

05- Röddin (2002) – La Voix 

06- Kleifarvatn (2004) – L’Homme du lac

07- Vetrarborgin (2005) – Hiver arctique

08- Harðskafi (2007) – Hypothermie

09- Myrká (2008) – La Rivière noire

10- Svörtuloft (2009) – La Muraille de lave

11- Furðustrandir (2010) – Inédit en français.

12- Einvígið (2011) – Inédit en français.

11 Commentaires

Classé dans Indridason Arnaldur

La plume au féminin – Récapitulatif

Il y a un peu plus d’un an, Opaline lançait le défi « La plume au féminin »: du 8 mars 2011 au 8 mars 2012, lire au moins 4 auteures. Je m’étais lancé comme défi de lire les livres suivants. Ai-je réussi ? (En rouge, la mise à jour).

  1. The Bell Jar de Sylvia Plath. J’ai aussi une biographie, Bitter Fame, et un des journaux intimes de Sylvia Plath. J’aimerais au moins lire le premier, mais les autres suivront peut-être. Toujours pas lu. Sylvia Plath est dans ma biblio depuis des années. Et une autre année a passé sans que j’ouvre ces pages. Cette année, peut-être ?
  2. Jane Eyre de Charlotte Brontë. J’ai aussi une biographie des soeurs Brontë qui traîne ici depuis 1993, La Vie passionnée des Brontë. Il est temps que je la lise. Succès! J’ai lu Jane Eyre et j’ai adoré. Tellement que j’ai aussi lu la biographie qui a suivi. Ce dernier livre était plutôt minable, à mon avis, mais il m’a juste donné envie d’en apprendre plus sur les Brontë.
  3. Le Temps des orages de Charlotte Link. En fait, c’est une trilogie que ma mère a laissée ici il y a longtemps. Ça aussi, faut que je m’y mette. Ici aussi, succès! J’ai lu la trilogie au complet! Le dernier livre a étiré la sauce un peu, mais ce fut une belle lecture.
  4. Le Vol du corbeau d’Ann-Marie MacDonald, une belle grosse brique pour finir le tout. J’avais bien aimé Un Parfum de cèdre, alors j’ai hâte de découvrir celui-ci. Pas lu. Mais ce n’est que partie remise. J’aime beaucoup Ann-Marie MacDonald, alors je sais que durant une panne de lecture, je pourrai prendre ce livre et m’en sortir.
Donc, je n’ai pas tout lu ce que j’avais l’intention de lire, mais au final, j’ai quand même lu 5 livres à partir de cette liste. Opaline a fait un superbe récapitulatif, si vous voulez des idées de lectures. De plus, elle repart le défi pour la prochaine année. Si vous êtes intéressés, allez vous inscrire sur son blogue. C’est ici. Quant à moi, je le suivrai de loin. J’ai déjà beaucoup de lectures de planifiées, alors j’essaie d’en ajouter le moins possible.
Récapitulatif d’Opaline
Opaline
1. Moisson de sang, Sharon Bolton
2. Là où la mer commence, Dominique Demers
4. La femme du bout du monde, Barbara Wood
5. Aurora, Kentucky, Carolyn D. Wall
6. La princesse maudite, Julie Kagawa
7. Les heures lointaines, Kate Morton
8. Crise, Kathy Reichs
9. La quête d’Alexandre, Hélène Brodeur
10. La cérémonie d’hiver, Élise Fontenaille
11. Le bonheur est assis sur un banc et il attend, Janik Tremblay
1. Impasse, Sylvie Gaydos
2. La nuit sur les ondes, Elizabeth Hay
3. Le sucre: une histoire douce-amère, Elizabeth Abbott
4. La solitude du docteur March, Geraldine Brooks
1. Impasse, Sylvie Gaydos
2. Revenir de loin, Marie Laberge
3. Un si joli visage, Lori Lansens
4. Parti tôt, pris mon chien, Kate Atkinson
5. La Patience des fantômes, Rachel Leclerc
Cathie
1. Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti
2. Aesculapius, Andrea H. Japp
3. Le sang du monde, Catherine Clément
4. L’empreinte de l’ange, Nancy Huston
5. Les lumières du Nord, Nora Roberts
6. Je te volerai ta mort, Karen Rose
7. Sépulcre, Kate Mosse
8. La tête en friche, Marie-Sabine Roger
9. Le goût des pépins de pomme, Katharina Hagena
10. L’extraordinaire histoire de Fatima Montsour, Joanne et Gerry Dryansky
11. La grand-mère de Jade, Frédérique Deghelt
12. Encore une danse, Katherine Pancol
1. Battement d’ailes, Milena Angus
2. La Vie Adulte, Virgine Mouzat
3. Metal Mélodie, Maryvonne Rippert
4. Rouge Rubis, Kerstin Gier
5. Rose, Sainte Nitouche, Mary Wesley
6. La souris bleue, Kate Atkinson
7. Digging to America, Ann Tyler
8. Cette main qui a pris la mienne, Maggie O’Farrell
9. Le Cheval Soleil, Steinunn Sigurdardottir
10. The little stranger (L’indésirable), Sarah Waters
11. Crépuscule irlandais, Edna O’Brien
12. Ma vie ne sait pas nager, Élaine Turgeon
13. À quand les bonnes nouvelles, Kate Atkinson
14. Le journal d’Aurélie Laflamme, tome 3, India Desjardins
15. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
16. Foxfire : confessions d’un gang de filles, Joyce Carol Oates
17. Trois couleurs,Claire Keegan
18. Les Penderwick, Jeanne Birdsall
19. Le bleu est une couleur chaude, Julie Maroh
20. Le treizième conte, Diane Setterfield
21. De l’eau pour les éléphants, Sara Gruen
22. Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir
23. La fille américaine, Monica Fagerholm
24. Le premier été, Anne Percin
25. Vermilion Gate, Aiping Mu
26. Des fourmis dans la bouche, Khadi Hane
27. Le goût des pépins de pomme, Katharina Hagena
28. Whisky et Paraboles, Roxanne Bouchard
29. Les femmes du braconnier, Claude Pujade-Renaud
30. Les oranges ne sont pas les seuls fruits, Jeanette Winterson
31. Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol
32. Ronde de nuit (Night Watch), Sarah Waters
33. Maisie Dobbs, Jacqueline Winspear
34. Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan
35. So much for that, Lionel Shriver
36. Un été sans les hommes, Siri Hustvedt
37. Des vies d’oiseaux, Véronique Ovaldé
38. Rose, Tatiana de Rosnay
39. Behind the scenes at the museum, Kate Atkinson
40. Sous la glace, Louise Penny
41. Loin de vous ce printemps, Mary Westmacott (alias A. Christie)
42. Sourires de loup, Zadie Smith
43. La mort n’est pas une fin, Agatha Christie
44. La fille de l’hiver, Eowyn Ivey
45. Le bout du monde est tout près, Maud Lethellieux
46. Sous les vents de Neptune, Fred Vargas
47. De pierre et de cendre, Linda Newbery
48. Purge, Sofi Oksanen
49. La joueuse de go, Shan Sa
50. Derniers adieux, Lisa Gardner
1. Impasse, Sylvie Gaydos
2. L’enfant sans visage, Ariane Gélinas
3.  Hanaken : La lignée du sabre, Geneviève Blouin (été 2011)
4. Les têtes rousses, Claude Lamarche (automne 2011)
Véronique Cazo (BD)
2. La libraire a aimé, Sophie Poirier
3. L’absence de l’ogre, Dominique Sylvain
5. Les petits, Frédérique Clémençon
6. Les déferlantes, Claudie Gallay
7. La concordance des temps, Evelyne de la Chenelière

8. L’album de Milo, Caroline Parkhurst
9. Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir
10. Les aventures d’une fille qui avait tout le temps faim, Aysseline

1. Jane Eyre, Charlotte Brontë
2. Trilogie « Le temps des orages », Charlotte Link

Julie

1. Sous la glace, Louise Penny

2. La petite et le vieux, Marie-Renée Lavoie
4. Hadassa, Myriam Beaudoin
1. L’enfance du soleil, Anne-Marie Desplat-Duc
2. Stravaganza, Mary Hoffman
t.1 : La Cité des masques
t.2 : La Cité des étoiles
t.3 La Cité des fleurs
3. Une maison de rêve, Madeleine Wickham,
alias Sophie Kinsella
4. Les malheurs de Millie Plume, Jacqueline Wilson
5. Le Diable vit à Notting Hill, Rachel Johnson
6. Apologie pour Clytemnestre, Simone Bertière
1. Rebecca, Daphné Du Maurier
2. Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom, Barbara Constantine
3. Petite soeur, mon amour, de Joyce Carol Oates

4. La maîtresse des épices, Chitra Banerjee Divakaruni

1. L’ombre dans l’eau, Inger Frimansson
2. Rose-Aimée, la belle qui porte malheur, Béatrice Bottet
3. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
4. L’insoumise, Jennifer Donnelly
 5. La rigole du diable, Sylvie Granotier
1. N’ayez pas peur nous sommes là, Janine Boissard
2. Pensées de Manon D. sur moi-même et sur quelques 
autres sujets, Sophie Dieuaide
3. L’élu de Milnor, tome 1, La fuite, Sophie Moulay
4. Les ailes d’Alexanne, tome 1, 4h44, Anne Robillard

5. Divergent, Veronica Roth

6. La peau des rêves, tome 1, Nuit tatouée, Charlotte Bousquet
7. Mortels petits mensonges, tome 2, Laura Faria Stolarz
8. Comment se débarrasser d’un vampire amoureux, Beth Fantaskey

9. Une robe couleur du temps, Bianca Turetsky
10. Je me souviens, Rebecca, Nathalie Somers

Charline

1. Dix petits nègres, Agatha Christie
2. Les Hauts de Hurle-Vent, Emilie Brontë
3. Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti
1. La fille qui voulait être Jane Austen, Polly Shulman
2. L’élégance du hérisson, Muriel Barbery
3. Une peine d’exception, Patricia Cornwell
Perrine

1. L’armée furieuse, Fred Vargas

3. Sous les vents de Neptune, Fred Vargas
4. Flush : une biographie, Virginia Woolf

5. Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol

6. La Princesse de Clèves, Madame de Lafayette
7. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee
8. Le sabotage amoureux, Amélie Nothomb
9. Le goût des pépins de pomme, Katherina Hagena
10. L’élégance du hérisson, Muriel Barbery
11. Mémoires d’une jeune fille rangée, Simone de Beauvoir
12. Paola, Vita Sackville-West
13. Northanger Abbey, Jane Austen
14. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
Gaëlle
1. L’élégance du hérisson, Muriel Barbery
2. Le labyrinthe, Kate Mosse
3. Le professeur de musique, Yaël Hassan
4. Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti
5. Vacances avec papa, Dora Heldt
6. Clues, Tome 1, Sur les traces du passé, Mara
7. Mine de rien, Patrice Wentworth
8. Clues tome 2, Dans l’ombre de l’ennemi, Mara
9. Lady Susan, Jane Austen

Malo
1. La couturière, Frances De Pontes Peebles
2. Samantha bonne à rien faire, Sophie Kinsella

Mia
1. À Mélie sans mélo, Barbara Constantine
2. Les petits secrets d’Emma, SophieKinsella
3. De l’eau pour les éléphants, Sara Gruen
4. Frisson, Maggie Stiefvater
5, 6, 7 et 8. La communauté du Sud, tomes 1, 2, 3 et 4
9. tome 5 et 10. tome 6 Charlaine Harris
11. Chasseuse de vampires, tome 1, Nalini Singh
12. Le livre perdu des sortilèges, Deborah Harkness
13. Allumer le chat, Barbara Constantine
14. No et moi, Delphine de Vigan
15. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee
16. Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates,
Mary A. Shaffer et Annie Barrows
17. Comment se débarasser d’un vampire amoureux, Beth Fantaskey
18. Les âmes vagabondes, Stephenie Meyer
19. Les vampires de Manhattan, Melissa De la Cruz
20. L’appel de la lune, Patricia Briggs
21. Les liens du sang, Patricia Briggs
22. Les yeux jaunes des crocodiles, Katherine Pancol
23. Le cercle secret, tome 1, Lisa Jane Smith
24. Le cercle secret, tome 2, Lisa Jane Smith

25. Le cercle secret, tome 3, Lisa Jane Smith
26. Le journal de Stefan, tome 2, Lisa Jane Smith
27. Le journal de Stefan, tome 3, Lisa Jane Smith

28. Chez les anges, Marian Keyes

29. Vampire Academy, tome 1, Richelle Mead

30. Vampire Academy, tome 2, Richelle Mead
31. Soeurs de sang, Richelle Mead
32. Plaisirs coupables, Laurell K. Hamilton

33. Le cadavre rieur, Laurell K. Hamilton
34. La couleur du bonheur, Wei-Wei
35. Arlington Park, Rachel Cusk
36. Oh, boy!, Marie-Aude Murail

37. La communauté du Sud tome 7, Charlaine Harris
38. Tome 8 et 39. Tome 9
40. Les secrets d’une blogueuse amoureuse, Allison Van Diepen

Sharon
1. Un secret sans importance, Agnès Desarthe
2. Les ailes du courage, George Sand
3. Le cantique des innocents, Donna Leon
4. L’arme domestique, Nadine Gordimer
5. La princesse de Montpensier, Madame de Lafayette
6. Les chevaux fantômes et autres contes, Karen Blixen
7. La formule préférée du professeur, Yoko Ogawa
8. Oh, boy !, Marie-Aude Murail
9. Le pacte des vierges, Vanessa Schneider
10. Le cheval soleil, Steinunn Sigurdardottir
11. Jours sans faim, Delphine de Vigan
12. La ferme africaine, Karen Blixen
13. La fin n’est que le début, Katarina Mazetti
14. Entre le chaperon rouge et le loup, c’est fini, Katarina Mazetti
15. Petite soeur, mon amour, Joyce Carol Oates
16. Nina par hasard, Michèle Lesbre
17. Fièvre rouge, Karen Marie Moning

Astazie
1. Lili, Agnès Lacor et Gwen Le Gac
2. Une enfance africaine, Stefanie Zweig
3. Boomerang, Tatiana de Rosnay
4. De l’eau pour les éléphants, Sara Gruen

 Mimi
1. Les heures silencieuses,  Gaëlle Josse
2. En retard pour la guerre, Valérie Zenatti
3. L’ampleur du saccage, Kaoutar Harchi
4. Jeanne, Jacqueline de Romilly

5. Unité de vie, Fabienne Swiatly
6. La petite, Michèle Halberstadt
7. Vers la mer, Anne-Sophie Stefanini
8. Nestor rend les armes, Clara Dupont-Monod
9. À l’enfant que je n’aurai pas, Linda Lê
10. Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan
11. Cent ans, Herbjørg Wassmo
12. La voyeuse interdite, Nina Bouraoui
13. La ferme africaine, Karen Blixen
14. Eux sur la photo, Hélène Gestern
15. L’amour secret, Paola Calvetti
16. Derniers adieux, Lisa Gardner
17. Juste avant, Fanny Saintenoy
18. L’envers des autres, Kaouther Adimi
19. La confusion des peines, Laurence Tardieu
1. Parapluies, Christine Eddie
2. La fiancée de Bombay, Julia Gregson
3. La maison des temps rompus, Pascale Quiviger
4. Yrmeline ou Le chant des pierres, Bluette Diot
5. Meurtres entre soeurs, Willa Marsh

6. Tuer le père, Amélie Nothomb
7. Génération Nothomb, Annick Stevenson
8. La fille de son père, Anne Berest
9. Le premier été, Anne Percin
10. Du domaine des murmures, Carole Martinez
11. Le pacte des vierges, Vanessa Schneider
12. Le bonheur est assis sur un banc et il attend,  Janik Tremblay

Anne
1. La séquence des corps, Patricia Cornwell
2. Une eau froide comme la pierre, Deborah Crombie
3. Un sang d’aquarelle, Françoise Sagan

Thomas
1. Zones humides, Charlotte Roche

1. Un bûcher sous la neige, Susan Fletcher  
2. L’ingénue libertine, Colette

Titou
1. L’enfant-rien, Nathalie Hug
2. La mer noire, Kéthévane Davrichewy
3. La brûlure du chocolat, Barbara AbelZazy
1. L’amour est une île, Claudie Gallay
2. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
3. Sainte Rita patronne des causes déespérées, Claire Wolniewicz
4. Hors-Service, Solja Krapu
5. Des nouvelles du Celsa, Collectif
6. Babyfaces, Marie Desplechin
7. Eux sur la photo, Hélène Gestern
8. Le testament d’Olympe, Chantal ThomasZétoile 
1. L’épreuve, Béatrice Saubin

Arie :

1. Journal de voyage, Alexandra David-Néel
2. Les déferlantes, Claudie Gallay
3. François le Champi, George Sand
4. Le roman des voyageuses françaises (1800-1900), Françoise Lapeyre
Camélias
1. Éternels (la saga : tomes 1 à 4), Alyson Noël
2. Elle s’appelait Sarah, Tatiana de Rosnay
3. La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
4. Chouette une ride!, Agnès Abécassis
1. Les vampires de Manhattan, tome 6
La promesse des Immortels, Melissa de la Cruz
2. Sale bête : Hamster drame,  Maïa Mazaurette & Iris
3. Les ailes d’Alexanne, tome 3, Le faucheur, Anne Robillard

12 Commentaires

Classé dans Défis littéraires, Divers

Radisson. Tome 2 : Mission à Onondaga – Jean-Sébastien Bérubé

RADISSON T.02 : MISSION À ONONDAGA

Jean-Sébastien Bérubé (2010)

Glénat

49 pages

Dans le premier tome, Radisson est prisonnier des Iroquois, mais à la fin, il réussit à s’échapper et retourne en France, pour repartir vers la Nouvelle-France quelque temps après.

Dans ce deuxième tome, on est à Trois-Rivières, en 1657. Radisson est de retour en Nouvelle-France. Parce qu’il aime voyager et parce qu’il connaît les Iroquois et leur langue, plus que par conviction religieuse, il demande à faire partie d’une mission jésuite qui a pour but d’évangéliser et de baptiser les Iroquois. Mais il se retrouvera plutôt au centre des conflits entre différentes Premières Nations et devra faire gare au milieu de ces relations tendues entre les Autochtones et les Français chrétiens venus évangéliser ces barbares…

J’avais beaucoup aimé le premier tome et j’avais hâte de connaître la suite, mais ce deuxième tome m’a un peu ennuyée. J’aime encore le côté historique et toute la recherche qui a été faite pour donner vie authentiquement à ces lieux et à cette époque, mais la magie n’a pas opéré pour cette suite.

Et le fait d’avoir repéré un tas de coquilles, ou d’erreurs, ça n’a fait qu’aggraver les choses. Dans un livre de 49 pages seulement, avec peu de dialogues, et publié par une vraie maison d’édition, on ne peut pas avoir de fautes: (Car la longue familiarité développée entre Radisson et son compagnon de voyage les amènent amène à se disputer souvent pour tout et pour rien. p. 16 ; Maintenant, vas va dans l’eau. p.21 ; Vas Va au diable ! p.24 ; Ne perdez pas la foi ! Dieu ne nous a pas envoyé envoyés ici pour rien ! p.40). Je trouve souvent des erreurs dans les bédés et je me demande si ces livres sont considérés comme moins importants pour les maisons d’édition. Dommage.

J’ai le troisième album ici, que j’avais emprunté en même temps que le deuxième, et je le lirai cette semaine. La suite m’apportera peut-être quelques agréables surprises.

RADISSON T.02 : MISSION À ONONDAGA

Illustrations de Jean-Sébastien Bérubé. Tiré de decitre.fr

1 commentaire

Classé dans Bérubé Jean-Sébastien

L’Homme de Lewis – Peter May

L'homme de Lewis

L’Homme de Lewis

Rouergue

315 pages

Histoire de faire (un peu) changement, j’ai lâché Rebus quelques jours pour prendre L’Homme de Lewis de Peter May. La coupure n’était pas trop brusque : je reste encore Écosse (mais je me déplace sur une île) et j’accompagne toujours un flic à problèmes (mais il semble moins paumé que Rebus). Bon, finalement, je n’ai pas changé de registre tant que ça…

Blague à part, j’ai pris ce livre parce que ma copine Cryssilda avait parlé de l’auteur avec grand bien. Malheureusement, le premier tome, Blackhouse (L’Île des chasseurs d’oiseaux), n’était pas à la biblio, alors j’ai pris le deuxième. Cryss dit que le premier est meilleur, mais ne pas l’avoir lu ne semble pas avoir dérangé ma lecture ni mon appréciation du deuxième. Tant mieux.

Ce livre commence avec Fin Macleod, ancien policier, qui retourne sur l’île de Lewis, là où il est né et où il a grandi. Il y retourne un peu pour repartir à zéro, car son divorce vient d’être prononcé. C’est que son couple n’a pas survécu à la mort de son fils (je ne révèle rien, ça commence comme ça). Mais le problème, c’est que Fin ne repartira pas vraiment à zéro sur l’île, car là-bas, il y a Marsaili, son amour de jeunesse, celle qui lui a glissé entre les doigts. Entre eux, c’est évident qu’il reste des trucs non achevés. De plus, on vient de retrouver un homme des tourbières (ça existe pour vrai, c’est assez spécial, disons), et Fin sera impliqué malgré lui dans l’enquête et dans l’histoire.

À mon avis, c’est un excellent livre. L’enquête en tant que telle m’a divertie et je l’ai trouvée originale. De plus, l’écriture de l’auteur (ou du traducteur, ici ?) était superbe, autant pour la forme que le contenu. Les passages entourant le père de Marsaili qui souffre maintenant d’Alzheimer sont un peu rudes et crus, mais semblent si authentiques. Et les passages parlant du vent, qui sont nombreux parce que le vent est pratiquement un personnage, sont tellement réalistes qu’on peut presque le sentir:

Il acquiesça et le vent vint combler le silence qui s’installa entre eux. Il soufflait sur les herbes, projetait la mer contre les rochers des falaises au nord, portait jusqu’à eux les cris des mouettes qui luttaient pour en dompter les rafales et les courants. Il fouettait sans pitié Fin et Marsaili debout au sommet de la falaise, tirait sur leurs vêtements, s’engouffrait dans leurs bouches lorsqu’ils parlaient, emportant leurs mots au loin.

Une photo prise en Écosse en juillet 2010. Nous sommes sur le continent, mais à la même auteur que Lewis. Il ventait à écorner les boeufs. Le vent s’engouffrait dans nos pantalons, faisait danser nos cheveux, nous poussait. Il fallait se tenir pour ne pas décoller…

Une plage probablement semblable à celles décrites dans le livre

Merci à mon amie Cryssilda pour la découverte !

24 Commentaires

Classé dans May Peter

The Shakespeare Thefts. In Search of the First Folios – Eric Rasmussen

Eric Rasmussen (2011)

Palgrave and MacMillan

212 pages

La semaine dernière, en passant chercher mes réservations à la biblio, je suis tombée sur ce livre qui a tout de suite attiré mon attention. Puis, la quatrième de couverture qui parle de cette oeuvre de non-fiction comme d’un travail de détectives m’a conquise et je suis repartie avec le bouquin. Que j’ai adoré.

Un peu d’info sur l’auteur

Eric Rasmussen est un universitaire spécialisé dans l’oeuvre de Shakespeare et le coéditeur de The Shakespeare First Folios: A Descriptive Catalogue, la référence ultime pour ce qui est des First Folios, qu’on peut acheter pour la modique somme de 250 $. Depuis plus de 20 ans, Rasmussen et son équipe parcourent le monde pour cataloguer chaque parcelle, page, défaut, des 232 First Folios encore existants auxquels ils ont accès. Et cette tâche n’est pas de tout repos, car chaque Folio catalogué a une histoire, souvent abracadabrante (vol, trouvaille, propriétaires excentriques, etc.)

(Qu’est-ce qu’un First Folio, vous demandez-vous? C’est la première édition des oeuvres complètes de Shakespeare publiées en 1623 en 750 exemplaires. Aujourd’hui, il n’en reste que 232 et ils se volent, pardon, se vendent, comme des petits pains chauds.)

Ce petit livre (182 pages sans les notes et l’index) se lit rapidement et pratiquement tout seul. Il est divisé en 20 chapitres dans lesquels on découvre les histoires des différents exemplaires des First Folios ou on en apprend un peu plus sur cette équipe de chercheurs, leurs défis, leurs méthodes, etc. C’est un livre absolument passionnant pour tous ceux qui aiment la littérature et qui rêvent de découvrir un trésor caché dans un grenier. Les histoires entourant les exemplaires encore existants du First Folio sont plus folles les unes que les autres: les universités qui se font voler leurs exemplaires, le Pape qui croit qu’on lui donne un First Folio original en cadeau alors qu’on veut seulement qu’il la bénisse, les morts inexpliquées des gens entrant en possession d’un exemplaire, le bibliomane qui se fait construire des pièces pour mettre ses livres, le voleur qui se retrouvera à Montréal (!), etc.

Le seul point faible du livre est son manque de linéarité. Parfois, on parle d’un Folio en particulier, puis on passe à un autre ou à un autre sujet, puis on revient au premier. Ça devient un peu mêlant à la fin, mais malgré tout, on se laisse vraiment prendre au jeu. L’écriture est fluide et le sujet a été vraiment vulgarisé pour tous. Un vrai suspense!

Je n’ai pas réussi à trouver un vrai First Folio numérisé, mais pour en voir une reproduction, cliquez ici.

Pour avoir plus d’information sur la genèse du First Folio, il y a ce site web géré par Eric Rasmussen et son équipe. Il y a même des petites vidéos chouettes (en anglais).

Malheureusement, il ne semble pas traduit en français pour l’instant, mais j’espère qu’il le sera, car c’est un livre passionnant.

12 Commentaires

Classé dans Rasmussen Eric