Le Dahlia noir – James Ellroy

ELLROY, James (1988)

Rivages/Noir

472 pages

Version originale: The Black Dahlia (1987)

1947. Betty Short, aspirante starlette, est retrouvée brutalement torturée et assassinée. Les enquêteurs (d’anciens boxeurs) de la police de Los Angeles, Lee et Bucky, se mettent sur l’enquête, mais tout n’ira pas comme sur des roulettes. Meurtres, mafia, corruption, mystères…

Je m’incline. Souvent, je suis déçue par les livres policiers, mais ici, j’ai adoré! Je pense que j’ai mis le doigt sur ce qui me dérange habituellement avec les polars:  pour la plupart, ils ont peu de substance (à mon humble avis). Ils ne sont qu’une excuse pour nous donner et nous enlever des indices. On ne cherche pas à bâtir des personnages, des histoires grandioses, mais juste à s’assurer que le lecteur ne trouve pas le meurtrier avant la fin. Ici, c’est tout le contraire. Oui, on cherche un meurtrier, mais il y a tellement plus. C’est une critique sociale des États-Unis des années 40, c’est un enchaînement de personnages des plus complexes, c’est une histoire très noire, c’est un livre qui met en vedette aussi bien des femmes que des hommes, c’est une compilation de plusieurs histoires toutes bien tissées, etc. J’ai vraiment hâte de lire la suite du Quatuor de Los Angeles.

Un seul bémol: la traduction très européenne d’une oeuvre nord-américaine.

Par exemple:

Elle marnait dans le pain de fesses.

Je ne gougnotte pas.

Des chagattes mexicaines.

Ma note : 5/5

(critique d’origine – 2004)

MAJ 2011: Même si ce livre est une oeuvre de fiction, l’auteur s’est inspiré d’un fait réel, le meurtre d’Elizabeth Short, surnommée le Dahlia noir. J’ai décidé de classer ce livre dans « autofiction », car l’auteur a toujours avoué que le meurtre de sa mère quand il était tout jeune avait changé sa vie et l’avait incité à écrire ce livre. Plus tard, il écrira My Dark Places: An L.A. Crime Memoir (traduction: Ma Part d’ombre), un récit autobiographique dans lequel il raconte sa tentative d’élucider le meurtre de sa mère en compagnie de détectives.

Adaptation cinématographique de Brian De Palma en 2006

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Ellroy James

4 réponses à “Le Dahlia noir – James Ellroy

  1. Oh mon dieu la traduction! Juste pour ça c’est suffisant pour m’empêcher de lire un livre… Je ne comprendrai jamais que l’on traduise des romans américains à la sauce française…

  2. Je sais! Je pense que ça commence à changer. Alto, par exemple, fait généralement affaire avec des traducteurs québécois ou canadiens. On attend une réédition des livres de Mordecai Richler, etc. Mais ça laisse encore à désirer. Si la traduction française était plutôt « neutre », ça irait, mais qu’elle soit si argotique, ça ne touche qu’une partie du lectorat francophone. Ça me fait pomper un peu 🙂

  3. Très beau commentaire. Par contre, il te faudra t’habituer car les premières éditions françaises des écrits d’Elroy sont malheureusement truffés de quelques «trouvailles argotiques» françaises.
    À propos, si tu t,intéresses à l’histoire de ce crime sordide, je te conseille «L’Affaire du dahlia noir» de Steve Hodel dans lequel l’auteur nous raconte une enquête et ses propres recherches fort exhaustives sur ce drame. De plus, il y accuse son propre père alors….Très intéressant.

  4. Merci, Suzanne, pour ton commentaire et pour le titre. Je note. J’ai envie de me repl0nger dans l’univers d’Ellroy cet été. Je voudrais lire le 4e du Quatuor de Los Angeles, puis sa biographie et le livre d’Hodel. Après, je pense que j’aurai fait le tour 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s